Goscinny et le cinéma – La Cinémathèque française (12e)

Goscinny et le cinéma – La Cinémathèque française (12e)

L’EXPO – Il y a quarante ans, le 9e art perdait l’un de ses représentants les plus illustres, René Goscinny. À travers une belle exposition, la Cinémathèque française revient sur la passion du créateur d’Astérix pour le cinéma.

« J’étais parti aux États-Unis dans l’espoir de travailler chez Walt Disney, mais Walt Disney l’ignorait ! » Avec cette citation du dessinateur, l’exposition « Goscinny et le cinéma. Astérix, Lucky Luke & Cie » s’ouvre à la manière d’un voyage initiatique : celui d’un jeune Français de la génération Mickey, élevé à Buenos Aires, qui se passionne très tôt pour le cinéma. Pour les burlesques américains d’abord, puis pour le dessin animé qu’il découvre à Paris en 1938 avec Blanche-Neige et les sept nains. Grâce à la scénographie colorée de Pascal Rodriguez, le parcours proposé par la Cinémathèque offre une approche aussi ludique que documentée d’une des rencontres les plus fructueuses entre les deux grands arts populaires du xxe siècle.

De la première salle, consacrée au Petit Nicolas, à celle qui met en lumière le fonctionnement des Studios Idéfix créés par René Goscinny, Albert Uderzo et leur éditeur Georges Dargaud en 1974, les différentes influences du cinéma sur l’auteur sont réunies. Bien qu’il n’ait lui-même écrit et réalisé que quatre longs-métrages – Astérix et Cléopâtre (1968), Daisy Town (1971), Les 12 Travaux d’Astérix (1976) et La Ballade des Dalton (1978) –, sa passion pour le 7e art prend en effet des formes variées. Outre Le Viager (1971) de son ami et réalisateur Pierre Tchernia, l’implication de Goscinny dans une centaine de films donne matière à l’exposition des trésors de l’Institut René Goscinny, partenaire de l’événement.

Le visiteur pourra découvrir de nombreuses planches commentées, des extraits de films et des objets divers, tels que des costumes et des décors de Cléopâtre (1963) de Joseph L. Mankiewicz, témoins de l’influence du western, et des burlesques sur les personnages de Lucky Luke, Astérix et Obélix. L’exposition a été conçue avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême où elle sera ensuite présentée du 22 juin au 9 décembre 2018.

« Goscinny et le cinéma. Astérix, Lucky Luke & Cie »
Jusqu’au 4 mars 2018
La Cinémathèque française51 rue de Bercy, 75012 Paris
Tél. : 01 71 19 33 33

Illustration © René Goscinny

Acheter Soixante-Quinze # 18 en version PDF

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Anaïs Heluin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *