Théâtre : Circus Remix – Le Centquatre (19e)

Théâtre : Circus Remix – Le Centquatre (19e)

LA PIECE – Maroussia Diaz Verbèke poursuit son passionnant développement de nouvelle écriture du cirque ou « circographie ».

Parmi les expériences de cirque les plus riches des dernières années, celle du collectif Ivan Mosjoukine – du nom de l’acteur russe de cinéma – continue de nourrir la discipline, malgré la dissolution du groupe après son unique spectacle. L’étonnant De nos jours [Notes on the circus] (2014), où quatre circassiens mettaient leur maîtrise de la performance au service d’une série de scénettes inspirées de situations quotidiennes. À l’issue de la saison dernière, c’est Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel qui entamaient avec Grande une nouvelle page de leur parcours ; désormais, c’est au tour de Maroussia Diaz Verbèke, également connue comme dramaturge du Vide – essai de cirque (2014) d’entrer seule en piste.

De ses aventures collectives, Maroussia a gardé le goût de la discrétion. C’est sous le pseudonyme de Sellah Saimoaossi que l’acrobate et « circographe » – « néologisme imaginé pour désigner l’écriture spécifique du cirque, ça veut aussi dire “soyons fous” en lituanien, mais c’est un hasard », explique l’artiste sur la feuille de salle – se livre dans Circus Remix à une dizaine de numéros variés. Souvent sur une corde, son agrès d’origine, elle est aussi au sol ou suspendue au-dessus du plateau aménagé en piste circulaire. Cela au rythme d’un montage d’archives radiophoniques qu’elle manipule en direct à la manière d’un DJ.

Intégralement édité dans un programme qui rappelle ceux de l’opéra, le texte fait de bric et de broc embrasse de grands sujets du cirque et du monde d’une manière inattendue. Quasi surréaliste parfois. Comme lorsque, dans le fragment intitulé « Le Corps », des mots des chorégraphes Anne Teresa de Keersmaeker et Ohad Naharin, du philosophe allemand Peter Sloterdijk ou encore de Jean Cocteau se mêlent en un drôle de
« corps qui est un corps mécanique, un corps sensuel, un corps qui bouge, qu’on peut retourner en tous sens, à l’envers… ». L’intelligence avec laquelle
Maroussia Diaz Verbèke place le cirque au coeur de l’art et de la pensée est des plus réjouissantes.

Circus remix
Du 14 novembre au 25 novembre 2017
Le Centquatre 5 rue Curial – 75019 Paris
Tél. : 01 53 35 50 00

Acheter Soixante-Quinze # 18 en version PDF

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici

© Perrine Cado

Par Anaïs Heluin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *