Le vide-greniers des Grands Voisins vit ses derniers mois

Le vide-greniers des Grands Voisins vit ses derniers mois

EN LIBRE ACCES-  L’association Aurore a organisé,  dimanche 22 octobre 2017, dans le 14e arrondissement, un vide-greniers dans le quartier des Grands Voisins. Un rendez-vous qui s’arrêtera en fin d’année pour laisser place à la construction d’un écoquartier.

Bientôt transformé en écoquartier, le secteur des Grands Voisins, dans le 14e arrondissement de Paris, a accueilli, dimanche 22 octobre 2017, la 16e édition de son traditionnel vide-greniers. Il est organisé tous les mois, depuis mai 2016, par l’association Aurore. Une foule de Parisiens s’est baladée, sous la pluie, entre les 200 stands, tenus par des habitants et des commerçants. « C’est l’un des derniers vide-greniers dans cet endroit, a indiqué Sarah Demolliens, d’Aurore. Les travaux d’aménagement vont commencer début 2018. » L’association loue les terrains en pratiquant des tarifs solidaires. Elle veut créer un mélange des cultures, des goûts et des styles.

Grands voisins marché

D’habitude, les stands sont installés dès 7 h du matin. Mais Kadi Camara, une habituée, a cette fois hésité à venir. « En raison de la météo, rigole cette habitante du 13e arrondissement. Finalement, le soleil est apparu vers 8 h. » Kadi créé des vêtements en tissu wax. Elle est diplômée des Beaux-Arts. Pour elle, l’esprit de ce vide-greniers est « enrichissante ». « Au-delà de l’aspect social et convivial, les exposants gagnent de l’argent, poursuit-elle. Je vends bien mes vêtements en wax. Les clients sont tentées par des matières premières travaillées à la main. »

Le vide-greniers permet à Diana Dachicourt, Parisienne du 20e arrondissement, de s’évader. « Je profite de mon week-end pour m’y promener et faire mon shopping, sourit-elle. Je viens de trouver ce petit blouson, je vais l’acheter. »

Panneau Grands Voisins

Le vide-greniers est aussi l’occasion d’acheter le dvd des Grands Voisins. Le film tire le portrait des habitants du quartier. Il est réalisé par Bastien Simon résident du quartier depuis 2015 et a été financé par une plateforme participative.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Dylan Briard

1 Commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *