La plus vieille maison de Paris a 610 ans

La plus vieille maison de Paris a 610 ans

Bâtie en 1407, la plus vieille maison de Paris fête ses 610 ans. Bien du célèbre alchimiste Nicolas Flamel, elle demeure au 51 rue Montmorency, dans le 3e arrondissement de Paris. Sa façade, reconnue monument historique en 1911, attire les curieux de la capitale et les touristes de passage. Elle abrite depuis dix ans l’Auberge Nicolas Flamel.

Commandée en 1397 après la mort de Dame Pernelle, femme de Nicolas Flamel, la bâtisse voit le jour dix ans plus tard en 1407. Elle devient rapidement l’un des emblèmes de la capitale. Avec ses cinq étages, on lui attribue le surnom de « la maison au Grand Pignon » . Particularité architecturale qu’elle perdra ensuite, pendant l’exposition universelle de 1900. Elle a d’abord été construite pour loger les plus démunis pendant le Moyen-Age. Elle est, aujourd’hui, connue sous le nom d’Auberge Nicolas Flamel, où elle accueille « L’Alchimie des saveurs » du chef Alain Geaam.

Une bâtisse pleine d’histoire

Le goût prononcé de Nicolas Flamel pour la sculpture de la pierre taillée fait le charme de la façade. Le bâtiment compte 6 jambages de portes – piliers qui encadrent les ouvertures – où sont sculptés anges et poètes. Un peu plus haut, entre la corniche et les vitraux, on aperçoit une écriture gothique dévoilant le caractère charitable du premier propriétaire. La phrase demande de prier pour « les pauvres pécheurs trépassés ». Jadis, les portes extérieures donnaient sur la pièce principale de la maison tandis qu’au milieu s’ouvrait un escalier en colimaçon pour accéder aux étages. De nos jours, la porte principale offre accès à l’auberge, mais cela n’altère en rien l’intérêt du lieu.

Rénovés en 1900 par la Ville de Paris, les murs craquelés et les gravures abîmées de la façade témoignent du temps passé. Les guides touristiques notent cette maison dans leur carnet d’adresse. Quelques fins connaisseurs de Paris font découvrir ce lieu hors du temps : « Mon amie habite en Polynésie et elle visite la capitale , confie Pierre, parisien depuis trente ans. L’histoire de Paris l’intéresse. » La maison du scribe reste debout et résiste au temps, le plus coriace des ennemis.

Nicolas Flamel (vers 1330 – 1418)
On ne connait pas exactement la date de naissance de Nicolas Flamel. Il serait né à Pontoise vers 1330. Il est mort le 22 mars 1418. Professeur à l’université de la Sorbonne sur Paris, il gagne sa vie en devenant copiste et en formant des futurs copistes -personnes recopiant les livres- à l’époque où l’imprimerie n’existait pas. Il se marie avec Madame Pernelle, une riche veuve parisienne. L’histoire raconte qu’il aurait découvert par une alchimie, le moyen de changer les métaux en or et l’immortalité grâce la pierre philosophale. On le nomme alors alchimiste. Selon les historiens, personnage généreux et catholique, il subventionne de nombreux hôpitaux et églises dans Paris.

Par Dylan Briard

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *