Sandrine fait appel au financement participatif pour ouvrir sa librairie

Sandrine fait appel au financement participatif pour ouvrir sa librairie

EN LIBRE ACCÈS – La librairie-café L’instant ouvrira en novembre 2017, dans le 15e arrondissement de Paris. Ce projet original, porté par Sandrine Babu, est tributaire du succès d’un financement participatif lancé sur Ulule : il lui reste trois jours pour atteindre son objectif.

« Je veux créer la librairie que j’ai toujours voulu voir au coin de ma rue », explique Sandrine Babu, porteuse d’un projet de libraire-café, dans le 15e arrondissement de Paris. Pour elle, ces lieux sont essentiels. Mais l’endroit atypique dont elle rêve ne ressemble pas à n’importe quelle librairie : elle imagine une librairie-café. « Mais j’insiste, ce sera d’abord une librairie », souligne-t-elle. Cinquante mètres carrés seront consacrés aux livres et un espace café ajoutera un surplus de convivialité. «Pour le promeneur ou le riverain, par rapport à Amazon ou la Fnac, l’espace café est un argument pour entrer dans la boutique, et une idée neuve à l’échelle d’une librairie de quartier», souligne Sandrine.

Se lancer seule dans un tel projet est une gageure. Mais Sandrine, très entourée, a bénéficié de la solidarité d’autres libraires : Les Traversées, dans le 5e arrondissement de Paris, la librairie L’amandier à Puteaux, et Les mots et les choses à Boulogne, en région parisienne, lui ont prodigué de précieux conseils. Pour boucler son dossier de financement, Sandrine a contracté plusieurs prêts – auprès de Paris Initiative entreprise et d’une banque. Elle a aussi fait appel au financement participatif, via la plateforme collaborative Ulule : il reste lui trois jours pour atteindre son objectif de 10 000 euros. « Je remercie les proches qui m’ont aidé et les parfaits inconnus qui ont cru en mon projet, dit-elle. Le financement participatif, c’est aussi un bon moyen de se faire connaître.»

Travailler avec les associations et les écoles

Sandrine, 48 ans, parisienne depuis sa majorité, a eu plusieurs vies. Production audiovisuelle, ressources humaines, puis édition : sa carrière professionnelle a emprunté plusieurs chemins. Mais l’idée de la librairie, née d’un goût des livres jamais démenti depuis l’enfance, l’accompagne depuis six ans : « J’avais ça dans un coin de ma tête. C’était le bon moment. » Le projet a mûri. Sandrine foisonne d’idées : outre l’offre éditoriale diversifiée qu’elle entend proposer, elle aimerait notamment développer du coworking, en partenariat avec une application mobile, organiser des ateliers et des rencontres, proposer un espace de privatisation pour des petits déjeuners.

La future libraire souhaite travailler avec les associations et les écoles du quartier : un espace jeunesse devrait être ouvert dans la librairie. « Le 15e est un arrondissement familial, un quartier qui gagne à être connu, explique Sandrine qui y habite. Il bouge ! Des vieux locaux sont rénovés, des bars ouvrent. » Sandrine souhaite apporter sa pierre à l’édifice : « J’aimerais que ma librairie contribue au développement et à l’animation du quartier. J’imagine un lieu accueillant, où chacun se sentirait libre. » Passionnée, elle donne ses premiers conseils : L’homme de miel, d’Olivier Martinelli, un livre sensible traitant du cancer avec humour. Et Nos richesses, de Kaouther Adimi, qui raconte les espoirs et réussites d’un éditeur libraire.

Pour soutenir le projet de Sandrine, la Librairie L’instant, cliquez ici.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Livia Garrigue

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *