Réaccorder le corps des musiciens

Réaccorder le corps des musiciens

EN KIOSQUE # 17 – REPORTAGE LONG – Dans le 19e arrondissement, une clinique soigne et rééduque les artistes souffrant de pathologies liées à la pratique de leur instrument. Un lieu unique en France.

Depuis la rue de l’Ourcq, située à un petit kilomètre du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (19e arrondissement), on ne distingue rien : il faut franchir la lourde porte d’un immeuble haussmannien et rejoindre une cour intérieure pour la découvrir. La Clinique du musicien fait dans la discrétion. « Des artistes connus sont venus consulter chez nous, mais ne comptez pas sur moi pour vous dire lesquels », annonce d’emblée son directeur, le docteur André-François Arcier.

Ici, pas de brancards, de perfusions, d’infirmières ou de médecins en blouse blanche, les consultations ont lieu dans un décor élégant où tout rappelle la musique. Dans la salle d’attente, où vous lirez forcément des revues musicales, il ne faut pas s’étonner d’entendre au loin les notes d’un piano à queue, le son si reconnaissable d’une cornemuse, les mélodies d’un violon ou les percussions d’une batterie. « Certains de nos patients viennent avec leur propre instrument, continue-t-il. On peut ainsi voir d’où proviennent leurs maux et corriger leur position, le cas échéant. » (…)

Lire la suite dans Soixante-Quinze # 17 en vente en kiosque à partir du mardi 26 septembre 2017.

Photographie : © Stéphane Dubromel

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Arnaud Guiguitant

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *