Salut, poupée !

Salut, poupée !

EN LIBRE ACCES – Le musée de la poupée, niché au fond de l’impasse Berthaud dans le 3e arrondissement de Paris, fermera définitivement ses portes le 15 septembre 2017. Dernière visite d’un lieu secret, authentique, parfois étrange, que la passion de ses fondateurs a réussi à maintenir à flot pendant 23 ans.

Même si leurs expressions resteront figées à jamais, les visages des quelques 500 poupées du musée semblent exprimer une certaine mélancolie. L’aventure du musée de la poupée doit se terminer le 15 septembre 2017, et ses locaux, situés au 7, impasse Berthaud, dans le 3e arrondissement de Paris, seront transformés en loft de luxe. « Pour une meilleure rentabilité financière » assure, peiné, le directeur du musée, Samy Odin, qui n’ose plus croire à un quelconque sauvetage. Seule la boutique, collée au musée et véritable cabinet de curiosité, restera ouverte jusqu’au 23 septembre 2017.

SONY DSC

Des couturiers illustres habillaient ces « Parisiennes » avec luxe, grâce et démesure. Elles valent aujourd’hui plusieurs milliers d’euros et affolent les collectionneurs.

Ce musée unique en France, créé en 1994, s’organise autour de deux expositions. La première, permanente, rassemble des poupées d’exception datant de 1800 à 1959. Elles sont exposées dans des décors aux scénographies méticuleuses et fidèles à leur époque. Elles permettent aux visiteurs de retracer l’histoire de la poupée en France. La seconde, plus moderne, réunit des expositions temporaires avec des thématiques plus décalées. Certains visiteurs pourront y retrouver des poupées de leur enfance, dont des éditions limitées des fameuses poupées Barbie, Polly Pocket, ou Corolle sont exposées dans une pièce dédiée aux années 80.

Véritable capharnaüm où chaque chose est à sa place, la boutique vend des poupées, des livres, des vêtements pour poupée

Véritable capharnaüm où chaque chose semble à sa place, la boutique du musée vend tout ce qui touche de près ou de loin à l’univers de la poupée.

Ce paradis de la poupée, fruit d’une passion commune entre un père, Guido, et son fils, Samy, originaires du Piémont, en Italie, est né d’un constat, puis d’une interrogation : La France est un pays réputé pour la fabrication de ces jouets, souligne Samy Odin. Or, à Paris, aucun musée ne célébrait l’art de la poupée. Pourquoi ne pas en ouvrir un ? Au fil des années et de leurs recherches, les deux hommes découvrent un milieu artistique qui en dit long sur l’histoire de l’Europe, son industrie, ses conflits. « Au-delà de l’esthétique singulière de cet univers, les poupées traversent la vie des hommes et témoignent, par leurs textiles, leurs matières, ou leur style vestimentaire, des différentes époques du XIXème au XXème siècle » poursuit Samy.

Cette poupée, conçue pendant la 2nd guerre mondiale, est moins sophistiquée car la disponibilité des matériaux était plus difficile.

Cette poupée, conçue pendant la Seconde guerre mondiale, est moins sophistiquée car l’accès aux matériaux était plus difficile.

Mais la passion ne fait pas tout et l’argent reprend ses droits. Car les locaux, à l’image des poupées, sont anciens, voire vétustes. Plusieurs facteurs obligent Samy Odin à mettre bientôt la clé sous la porte. D’abord, les nouvelles normes européennes imposent des travaux coûteux de mises en conformité des accès pour les personnes à mobilité réduite. En outre, structuré en SARL, le musée, un million de visiteurs en 23 ans, ne reçoit aucune aide de la Ville de Paris. A ces constats, d’après les fondateurs, s’ajoute la baisse de fréquentation des touristes dans la capitale depuis les attentats de 2015.

Vous souhaitez restaurer une vieille poupée ? A la "Clinique", le devis est gratuit. Foncez, vous avez jusqu'au 23 septembre 2017.

Vous souhaitez restaurer une vieille poupée ? A la « Clinique », petit atelier de réparation de poupées au fond de la boutique du musée, le devis est gratuit. C’est ouvert jusqu’au 23 septembre 2017.

Samy se souvient avoir rencontré le maire du 3e arrondissement à la fin des années 90 pour lui proposer d’offrir sa collection à la Ville – certaines pièces valent plusieurs milliers d’euros – afin que le grand public puisse toujours l’adminer. Sans suite. Déjà,l’activité battait de l’aile. Mais l’heure n’est plus aux lamentations, Samy, dandy passionné, préfère profiter des derniers instants de son musée.

Musée de la poupée,
7 Impasse Berthaud, 75 003 Paris
Ouvert du mardi au samedi de 13h à 18h.
Dernier jour: vendredi 15 septembre.
Entrée: 8 € (6€: étudiants, chômeurs et seniors et 4€: enfants de 3 à 11 ans). Fermeture définitive de la boutique le 23 septembre.

Photographies © Pierre Lentz

Pour commander Soixante-Quinze # 16, cliquez ici.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Pierre Lentz

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *