Un bestiaire extraordinaire

Un bestiaire extraordinaire

EN KIOSQUE # 16 – REPORTAGE – Les sous-sols de la grande galerie de l’évolution, dans le Jardin des plantes, 5e arrondissement de Paris, recèlent un trésor : la zoothèque, les réserves du Muséum national d’histoire naturelle. L’endroit demeure fermé au public, même lors des journées du patrimoine. Soixante-Quinze l’a visité pour vous.

On y accède en passant par une petite porte dissimulée dans les murs de la grande galerie de l’évolution, ce musée du 5e arrondissement de Paris où sont exposés au public des animaux naturalisés. Après une volée d’escaliers que l’on pourrait prendre pour un accès à un parking, un long et large couloir apparaît. Quelques hommes en bleu de travail s’affairent. Des travaux sont menés pour améliorer l’étanchéité, dans ce lieu situé non loin de la Seine. Ici, les ruissellements de l’eau et l’humidité seraient une catastrophe. Car derrière les lourdes portes en métal qui jalonnent le couloir, est conservée une collection d’une grande valeur historique et scientifique, insoupçonnable et inconnue du grand public, à quelques mètres sous la surface du sol du Jardin des Plantes (…)

Lire la suite dans Soixante-Quinze # 16 en vente en kiosque.

Photographie Raphaël Fournier © Divergence

Pour acheter Soixante-Quinze # 16 en version numérique où est publié intégralement cet article cliquez ici.

Pour commander le Soixante-Quinze # 16, cliquez ici.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

 

Par Léonor Lumineau

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *