We love Arabs – Théâtre du Rond-Point (8e)

We love Arabs – Théâtre du Rond-Point (8e)

LA PIÈCE – Derrière ce titre provocateur, le chorégraphe Hillel Kogan questionne avec subtilité et dérision la cohabitation israélo-palestinienne, ses perspectives et ses impasses.

Depuis ses premières françaises dans le Off du Festival d’Avignon en 2016, le succès de We love Arabs ne faiblit pas. Au milieu d’une remarquable tournée sur l’ensemble du territoire, la pièce de l’Israélien Hillel Kogan fait en effet escale au très prestigieux Théâtre du Rond-Point. S’il est des enthousiasmes théâtraux qui laissent perplexe, voire inquiet, celui-ci est plutôt de nature à rassurer. Et à réjouir. Parodie de spectacle de danse sur la cohabitation israélo-palestinienne, cette création interprétée par le chorégraphe lui-même et par le danseur Adi Boutrous traite le conflit avec une distance et un humour rares parmi les œuvres consacrées au sujet.

D’abord seul en scène, Hillel Kogan donne dès les premières minutes le ton de sa pièce. Tout en arpentant le plateau d’un 
air inspiré, il use d’un vocabulaire complexe pour débiter des banalités sur son rapport à l’espace. Sur la manière dont son corps le pénètre et dont il est pénétré par lui. Derrière la critique railleuse de l’élitisme de la danse contemporaine, on devine déjà la tension qui sera au cœur de la pièce. L’entrée en scène d’Adi Boutrous le confirme : multipliant les clichés coloniaux nourris de paternalisme, le chorégraphe demande au danseur d’incarner l’Arabe tandis que lui fera le Juif.

Le danger de l’exercice eût été de tomber dans la caricature. Or, tout en convoquant un maximum de stéréotypes sur les deux communautés qu’il met en scène, le personnage de Hillel Kogan dévoile peu à peu ses fragilités et ses paradoxes. Ses préjugés envers « l’autre », qu’il voudrait pourtant pour allié dans la construction d’une paix durable. La danse n’est pas en reste. À la limite du clownesque et de la pantomime, la gestuelle déployée par les deux artistes est pareille au plat de houmous qu’ils partagent à la fin de la pièce : délicieuse.

Photo © Doriane Chapelier

We love Arabs.
Du 12 septembre au 8 octobre 2017.
Théâtre du Rond-Point.
2, avenue Franklin-D.-Roosevelt, 75008 Paris.
Tél : 01 44 95 98 00.

Pour commander le Soixante-Quinze # 16, cliquez ici.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Anaïs Heluin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *