Portraits de Cézanne – Musée d’Orsay (7e)

Portraits de Cézanne – Musée d’Orsay (7e)

L’EXPO – Connu pour ses natures mortes et ses paysages, Cézanne a aussi réalisé de nombreux portraits. Une première exposition témoigne enfin de ce versant méconnu de l’œuvre du peintre.

L’air sombre, vaguement provocateur, son visage se détache nettement d’un fond noir. Son œil droit est injecté de sang. Ses traits comme taillés au couteau. Dès son premier autoportrait peint en 1862, Paul Cézanne (1839-1906) fait preuve d’une grande originalité dans son approche d’un genre qui connaît alors un important succès à la cour. Cette œuvre donne le ton des 60 portraits présentés dans le cadre de l’exposition : bruts et emprunts d’une certaine cruauté. Largement sous-estimé et souvent mal compris, ce versant de la peinture de Cézanne est réhabilité avec intelligence.

« La lecture du modèle, et sa réalisation, est quelquefois très lente à venir pour l’artiste », lit-on sur le premier des panneaux qui guident le visiteur. Loin de toute complaisance envers ses modèles, le peintre recherche en effet en eux la même chose que dans les paysages et les natures mortes qui ont fait sa réputation : une vérité au-delà des apparences, une essence. Cette quête ne va pas sans une forme de violence, d’autant plus que la plupart des modèles du peintre sont des proches. Son père, avec qui il entretenait des relations conflictuelles, ses amis artistes ou encore sa femme Hortense et son fils.

Commissaire général de l’exposition, John Elderfield, conservateur en chef honoraire du MoMA de New York, opte pour une présentation chronologique des œuvres. 
De la série de portraits de son oncle qu’il qualifie lui-même de « couillards » – inspiré par Courbet, il superpose les couches de peinture à l’aide d’un couteau à palette – à ceux du jardinier Vallier avec lesquels il clôt son riche parcours, on observe toutes les évolutions de sa peinture. Les étapes de la naissance d’une esthétique qui vaut à Cézanne d’être qualifié de « précurseur du cubisme ». On touche aussi directement à l’intime du peintre.

Illustration :
Paul Cézanne
Le père de l’artiste (détail)
© Courtesy National Gallery of Art, Washington, NGA Images

« Portraits de Cézanne ».
Jusqu’au 24 septembre 2017.
Musée d’Orsay62, rue de Lille, 75007 Paris.
Tél. : 01 40 49 48 14.

Pour commander le Soixante-Quinze # 16, cliquez ici.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

 

Par Anaïs Heluin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *