Nadine, meuf nature

Nadine, meuf nature

EN KIOSQUE # 16 – PORTRAIT – En se lançant dans l’agriculture urbaine dès 2010, Nadine Lahoud a forcé la Ville à reconnaître les bienfaits du travail de la terre. Enracinées dans le 20e, l’association Veni Verdi et sa fondatrice essaiment leurs idées dans tout Paris.

« Mon plaisir, c’est de monter là-haut et de faire mon petit tour en fumant ma clope. » Plaisir, là-haut, clope : voici Nadine Lahoud, qui nous pardonnera ces trois mots de résumé, et comprendra qu’à nos yeux, c’est auguste. D’autant plus qu’on a bien compris que la fondatrice de l’association Veni Verdi, qui cultive Paris du sol au plafond, est, comme tous les personnages forts, bien plus que la « putain de grande gueule » au « caractère de merde » qu’elle veut faire croire.

Ce matin-là, en tout cas, le ciel est toujours noir et les feuilles du toit du collège Henri-Matisse (20e arrondissement) gouttent encore. L’orage a duré douze heures, mais les poules vont bien, les salades aussi. Nadine, elle, reste exaltée de la nuit déchirée par les éclairs. « Il y avait deux pigeons réfugiés sur mon balcon. Ils tremblaient tellement que je leur aurais bien mis une couette. » (…)

Lire la suite dans Soixante-Quinze # 16 en vente en kiosque à partir du mardi 29 août 2017.

Photographie @ Mathieu Génon

Pour acheter Soixante-Quinze # 16 en version numérique où est publié intégralement cet article cliquez ici.

Pour commander le Soixante-Quinze # 16, cliquez ici.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Pierre Lentz

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *