Les dessous de l’écran

Les dessous de l’écran

EN ACCES LIBRE – C’est un écran géant de 32 mètres sur 18. Il est gonflé et dégonflé tous les soirs dans le parc de la Villette, 19e arrondissement de Paris, dans le cadre du Festival Cinéma en plein air. Reportage dans les coulisses d’une mise en place spectaculaire.

Du cinéma en plein air, ça paraît simple : un projecteur, un drap blanc, une pelouse, et l’affaire est réglée. En petit comité, cette formule paraît simple. Mais comment ça fonctionne quand on veut satisfaire les 9 000 personnes qui se pressent tous les soirs, pendant les grandes vacances, sur la prairie du triangle du parc de la Villette, dans le 19e arrondissement de Paris, pour assister au cinéma en plein air de la Villette ?

Pour Fabrice Truffert, régisseur général, tout est une question de matériel. Avec ses 32 mètres de largeur et ses 18 mètres de hauteur, l’écran gonflable sur lequel le film est projeté a les épaules solides. Pour stabiliser ce mastodonte, « le plus grand écran d’Europe » rappelle Fabrice Truffert, 13 vaches à eau contenant 5 000 litres d’eau chacune sont nécessaires. Si le vent s’invite à la projection, l’installation risque de se faire la malle. C’est impressionnant. Il faut dire que le régisseur général n’est pas du genre à amuser la galerie : « On ne rigole pas nous, à la Villette ! » raille-t-il la gouaille haute et la voix grave.

Deux turbines à vent puissantes soufflent pour gonfler l'écran. Temps de mise en place : 5 minutes.

Deux turbines à vent puissantes soufflent pour gonfler l’écran. Temps de mise en place : 5 minutes.

L’écran est si haut (18 mètres) qu’il cache une grue ! L’engin soutient une enceinte de 5 kilowatts. Laquelle est encadrée par deux tours de son de 10 kilowatts chacune. « Jamais deux sans trois ! » plaisante encore le technicien, piaffant d’impatience à l’idée d’envoyer la bande son de The Grand Budapest Hôtel, de Wes Anderson, projeté ce soir aux milliers de spectateurs massés sur la pelouse.

Dans la cabine, 2 époques : une projecteur numérique, le "Christie", et un projecteur 35 mm à l'ancienne, pour passer des films en bobines.

Dans la cabine, 2 époques : une projecteur numérique, le « Christie », et un projecteur 35 mm à l’ancienne, pour passer des films en bobines.

Du haut de sa cabine, plantée au milieu de la plaine, Marco, le projectionniste, procède aux derniers réglages pour projeter le film sur l’écran gonflé à bloc. Il est 22h30, la nuit est tombée, la foule a pique-niqué sur place. Elle attend patiemment que l’écran s’illumine. Les retardataires s’installent. Y compris Marco. Il quitte sa cabine pour rejoindre le public. Le film démarre, et tout le monde oublie que nous sommes à Paris.

Les techniciens accompagnent la structure  de l'écran gonflable pendant qu'il gonfle

Les techniciens accompagnent la structure de l’écran gonflable pendant qu’il gonfle

Renseignements pratiques :
Dates/horaires : du jeudi au dimanche, début des projections à 22h30 du 20 au 23 juillet, à 22h15 du 27 au 30 juillet, à 22h du 3 au 6 août, et à 21h45 du 10 au 20 août
Tarifs : accès libre – location d’un transat et d’une couverture 7€ – Abonnés et Carte Villette : gratuit.
Forfait 5 transats : 20€
Accès : Parc de la Villette – 211, avenue Jean Jaurès, 75019 Paris – Métro Porte de Pantin
Informations : 01 40 03 75 75 et https://lavillette.com/evenement/cinema-en-plein-air-2017/
En cas d’intempéries, consultez le 01 40 03 76 92 à partir de 20h, pour vérifier si la séance est maintenue.

Tous les films sont projetés en version originale et sous-titrée

Acheter le PDF de Soixante-Quinze # 15, cliquez ici.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Pierre Lentz

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *