Ouverture des baignades du bassin de la Villette

Ouverture des baignades du bassin de la Villette

EN ACCES LIBRE – Les trois piscines gratuites mises à la dispositions du public dans le bassin de la Villette, 19e arrondissement de Paris, sont inaugurées aujourd’hui, mardi 18 juillet 2017. Natation, balades en bateaux, Paris Plage, cinémas et bars environnants : l’endroit, prisé des Parisiens, est devenu plus qu’un simple canal.

Les chaises longues attendent les premiers baigneurs, qui savent déjà ce que cachent les grises barrières installées le long des rives du quai de la Loire. L’eau des trois bassins construits par la mairie de Paris sur le bassin de la Villette n’est pas d’un bleu azur, mais enfin – enfin ! – on peut se baigner légalement là-dedans sans passer pour un zigue. Et il y en aura pour tout le monde : une pataugeoire, un petit bain de de 1,2 mètres de profondeur pour les amateurs, et un grand bain de 2 mètres de profondeur pour les nageurs confirmés, avec un accès aux personnes à mobilité réduite. Des maîtres-nageurs veilleront sur les quelques 1000 entrées journalières attendues. Casiers, toilettes et cabines ont été mis à disposition des baigneurs.

Mi-bassin, mi-piscine

Des curieux paraissent se demander de quoi l’eau de ces piscines est faite, tant sa couleur semble similaire à celle du bassin de la Villette. Ces piscines en sont-elles vraiment ? Question récurrente des badauds qui découvrent les zones de baignades du haut du pont piéton surplombant le canal. Cédric, agent technique de la Ville organisant la mise en place du dispositif, lève le mystère : « Il y a au fond des bassins une grille de sécurité en plastique permettant à l’eau du canal de passer, tout en optimisant la sécurité des baigneurs en délimitant le fond. Finalement, on se baigne plus dans le canal que dans une piscine ! »

Ouvertes tous les jours, du 18 juillet au 10 septembre 2017, de 11h à 21h, ce lieu public a pour objectif d’améliorer la pratique de la natation dans la capitale

Les piscines sont ouvertes tous les jours, de 11h à 21h, du 18 juillet au 10 septembre 2017.

Filtrage par contrôle visuel des sacs à l’entrée de la zone : l’espace de baignade, auquel 300 personnes peuvent accéder en même temps, est soumis aux règles du plan vigipirate. En cas de trop forte affluence, il faudra patienter devant les bornes d’entrée et attendre que le lieu se vide un peu. La mairie de Paris certifie que l’eau du canal est régulièrement contrôlée depuis 2003 par l’Agence Régionale de Santé et qu’une station d’alerte mesure trois fois par jour la présence de contamination dans le flux avant qu’il n’arrive sur le site.

Une question de placement

Côté commerces locaux, la situation est contrastée. Pour Emilie, responsable du restaurant Chez Mézig situé sur le trottoir face à la zone de baignade, cette agitation « casse un peu l’ambiance ». Il y a une semaine, un dégât des eaux lui a ravagé sa cuisine : son restaurant a été fermé pendant une semaine. Rien à voir certes, mais l’eau, elle commence à en avoir marre : « La mairie a commencé les travaux d’aménagement du bassin au début du printemps, juste devant ma terrasse. La clientèle a fui. Mon chiffre d’affaires a baissé significativement. »

Des bornes sont mises en place pour gérer la sécurité et l'affluence

Des bornes sont mises en place pour gérer la sécurité et l’affluence.

Coup du sort, Emilie rouvre son restaurant en même temps que l’inauguration de la baignade. « Or, maintenant, le passage est bouché par ces barrières, soupire-t-elle. Il y a des rats, c’est un peu sale. L’idée de cette baignade est bonne, mais je n’y crois guère. » Un peu plus loin, au Pavillon des Canaux, on n’est pas du même avis. Logique : ce bar-restaurant est situé le long de la rive. Les riverains n’ont pas à traverser la route. Ils peuvent, après leur baignade, y accéder tranquillement en flânant sur les quais.

Découvrez les nouveaux bords de Seine dans notre enquête « Tous en Seine ».

Acheter le PDF de Soixante-Quinze # 15, cliquez ici.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Pierre Lentz

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *