Paris redevient la capitale de la nuit

Paris redevient la capitale de la nuit

EN KIOSQUE # 14 – LE DOSSIER – Le Palace, les Bains Douches ? Aux oubliettes! Annoncée comme morte ou presque, la nuit parisienne vit une forme de résurrection, peut-être même son âge d’or. Portée par l’électro, mais pas seulement, Paris est à nouveau une fête.

Le jour se lève péniblement. Les métros reprennent leur marche. Mais, port de la Rapée, les basses de Concrete continuent de vibrer. Le pont de la péniche vient de fermer, le Wanderlust voisin aussi, alors les centaines de fêtards invétérés se réfugient dans la cale pour prolonger, encore, la nuit (…)

Le Rex Club (2e), le dance-floor historique de l’électro

Le Rex Club (2e), le dance-floor historique de l’électro

Profession : physio / Big John, ex-portier du Baron

Il a le visage rond et le regard doux. Mais on imagine sans peine qu’à la porte du Baron, sa carrure – 1,97 m pour 120 kg – a dissuadé plus d’un fêtard de forcer le passage. « Big John » a officié comme physionomiste dans le club prestigieux de l’avenue Marceau (8e) pendant dix ans (…)

Depuis un an, alors que le Baron a changé de direction, le trentenaire a raccroché pour une carrière de comédien et d’auteur.

Depuis un an, alors que le Baron a changé de direction, le trentenaire a raccroché pour une carrière de comédien et d’auteur.

Vivre à 175 bpm / Elisa Do Brasil, DJ

C’est dans les bureaux du Rex Club (2e arrondissement) et à une heure tardive que l’on rencontre Elisa Do Brasil. Mais cette nuit-là, la DJ (elle y tient) parisienne ne mixe pas. Un week-end loin des platines qui fait exception dans son agenda rempli de soirées à tous les coins de l’Hexagone (…)

« Je suis devenue un vampire », sourit la trentenaire brune, le regard presque timide loin des dancefloors enfiévrés

« Je suis devenue un vampire », sourit la trentenaire brune, le regard presque timide loin des dancefloors enfiévrés

Un vent de liberté en banlieue

Et si l’avenir des soirées parisiennes se trouvait de l’autre côté du périphérique ? « Chez nous, tout le monde rentre ! annonce fièrement Pascaline Simon, administratrice des productions du 6B. Les gens viennent ici, lassés de la sélection à l’entrée si typique de la capitale, des formats stéréotypés des clubs » (…)

Soirée warehouse dans un immense squat d’artistes de Saint-Denis (93), à dix minutes du terminus de la ligne 12

Soirée warehouse dans un immense squat d’artistes de Saint-Denis (93), à dix minutes du terminus de la ligne 12

Photographie Mathieu Génon

Lire la suite dans Soixante-Quinze n°14, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Clarisse Briot

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *