L’audacieux méconnu

L’audacieux méconnu

EXPO # 12 – PHOTO – Éli Lotar est l’un des premiers photographes d’avant-garde et un cinéaste sensible aux difficultés de l’entre-deux-guerres. Le Jeu de Paume rend avec bonheur justice à ce talent singulier.

Avec un cliché montrant des pieds de veaux alignés sur une façade ou encore cet autre, d’un homme en costume penché sur un tas de répandues sur le sol, la série de photographies sur les abattoirs de la Villette intitulée La Viande aurait pu devenir une des pièces emblématiques d’Éli Lotar (1905-1969). Réalisée en 1929, soit peu après l’arrivée en France de l’artiste d’origine roumaine, elle fut très remarquée parmi les surréalistes. Par Georges Bataille en particulier, qui la publia dans sa revue Documents. Elle est pourtant tombée dans un oubli presque complet, à l’image de l’ensemble de l’œuvre de Lotar.

On entre dans son univers par un terrain connu : les rues de Paris. Formé à la photographie par Germaine Krull qui devient sa compagne, il adopte les codes de la photographie moderne européenne et cherche à montrer sous un angle neuf une réalité urbaine connue de chacun. Engagé par le magazine VU, Éli Lotar donne très tôt à son travail une dimension journalistique. On découvre en effet son reportage sur la foire de Paris, son travail remarquable sur l’Institut des sourds-muets ou encore l’hôpital des Quinze-Vingts, toujours dédié aux pathologies de la vision.


Plus loin, le film Aubervilliers (1945) qu’il a réalisé lui-même et Terre sans pain (1933), film documentaire de Luis Buñuel auquel il a participé en tant qu’opérateur, s’inscrivent dans cette veine sociale et humaniste. Non sans touches oniriques et burlesques, plus manifestes encore dans la salle consacrée au rapport de Lotar avec le théâtre. Avec Antonin Artaud et Roger Vitrac notamment, pour qui il a réalisé quelques montages photographiques. Entre naturalisme brut et accents surréalistes, l’esthétique d’Éli Lotar fut sans doute à l’époque marginalisée du fait de cette hybridité ; c’est grâce à elle qu’elle résiste au temps.

La Viande, Photo © Éli Lotar

« Eli Lotar (1905-1969) »
Jusqu’au 28 mai 2017.

Jeu de Paume. 1, place de la Concorde, 75008 Paris.
Tél. : 01 47 03 12 41.
www.jeudepaume.org

Par Anaïs Heluin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *