JonOne ou l’explosion des couleurs

JonOne ou l’explosion des couleurs

ARTICLE EN LIBRE ACCÈS – Vous reprendrez bien un peu (beaucoup) de JonOne ? Pour compléter le portrait de cet artiste, chantre d’un street art bariolé et festif, paru dans Soixante-Quinze #12, nous publions sur le Web une série de photographies présentant au plus près le travail de cet artiste né à New-York, passé par Paris et désormais installé de l’autre côté du périph.

Exposition à partir du 1er juin 2017 à la galerie Marcel Strouk, 23, rue de Seine, 75006 Paris.

L'obsession de JonOne : laisser une trace, "dépasser le temps".

L’obsession de JonOne : laisser une trace, « dépasser le temps ».

JonOne a fréquenté les squats parisiens jusqu'au début des années 2000. En particulier L'Hôpital Éphémère, dans le 18e arrondissement de Paris.

JonOne a fréquenté les squats d’artistes parisiens jusqu’au début des années 2000.

JonOne a quitté New-York et Harlem, où il est né, en 1987. Destination : Paris !

JonOne a quitté New-York et Harlem, où il est né, en 1987. Destination, Paris.

Les premiers pas de JonOne à Paris coïncident avec ceux des groupes FFF, NTM, Assassin...

Les premiers pas de JonOne à Paris coïncident avec ceux des groupes FFF, NTM, Assassin…

Dans la capitale, sur les murs de son quartier, dans le métro, l'artiste à longtemp signé ses œuvres Jon156. Son crew, le 156 All Starz, était une référence dans le monde du graffiti.

Dans la capitale, sur les murs de son quartier, dans le métro, l’artiste a longtemps signé ses œuvres Jon156. Son crew, le 156 All Starz, était une référence dans le monde du graffiti.

C’est dans son atelier de l’Hôpital éphémère, dans le 18e arrondissement de Paris, que JonOne a commencé à développer un travail de peinture sur toile.

C’est dans son atelier de l’Hôpital éphémère, dans le 18e arrondissement de Paris, que JonOne a commencé à développer un travail de peinture sur toile.

Pour se faire un nom dans les galeries parisiennes, "il faut bouger beaucoup, crier fort pour s'imposer", confie l'artiste.

Pour se faire un nom dans les galeries parisiennes, « il faut bouger beaucoup, crier fort pour s’imposer », confie l’artiste.

À 53 ans, JonOne est désormais installé de façon pérenne dans
 son atelier des Lilas (93). Il n'a rien perdu de la fougue de ses 20 ans, l’énergie et la fraîcheur de ses œuvres sont là pour nous le rappeler.

À 53 ans, JonOne est désormais installé de façon pérenne dans
 son atelier des Lilas (93). Il n’a rien perdu de la fougue de ses 20 ans, l’énergie et la fraîcheur de ses œuvres sont là pour nous le rappeler.

Photos © Mathieu Génon

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Mathieu Génon

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *