Soixante-Quinze a 1 an

Soixante-Quinze a 1 an

ARTICLE EN LIBRE ACCES – « Ce n’est pas un peu fou de lancer un journal papier en ce moment ? » C’est sans aucun doute la question à laquelle nous avons eu le plus à répondre ces douze derniers mois. De la folie, il en faut certainement un peu, comme dans tout projet, et particulièrement lorsqu’il touche à la presse indépendante. Mais de la folie lucide, parce que proposer de l’information locale inédite, approfondie et de qualité à Paris est pertinent.

Vous êtes déjà nombreuses et nombreux à nous accompagner depuis un an. Mais si l’aventure est belle, stimulante, enrichissante et forte de rencontres perpétuelles, elle est aussi difficile. Car nous plaçons l’indépendance comme enjeu primordial. Une gageure, certes, mais la condition sine qua non, nous en sommes convaincus, pour bâtir une relation de confiance avec vous, chers lecteurs.

Indépendance

Sortir un mensuel papier fabriqué par des professionnels dans la conjoncture actuelle relève, il faut l’avouer, chaque mois du tour de force. Ce sont de lourds investissements, mais le jeu en vaut la chandelle. Les Parisiens méritent d’avoir chaque mois un regard différent sur leur ville. Un magazine comme Soixante-Quinze manquait dans le paysage médiatique local. Même dans une ville-monde comme Paris, la proximité existe.

Nous nous étions donnés une année pour asseoir la formule du mensuel papier. Alors que débute cette deuxième année, le projet Soixante-Quinze va prendre le tournant numérique pour nous rapprocher encore des Parisiens. Une nouvelle version du site soixantequinze.paris verra le jour dans les prochains mois et, d’ici là, notre présence sur les réseaux sociaux se sera sérieusement accrue.

Points de vente

La question de la distribution du magazine est aussi une de nos préoccupations. Notre ambition est que Soixante-Quinze soit partout où les Parisiens sont, dans les lieux de leur quotidien. Nous allons trouver de nouveaux points de vente pour être encore plus proches de vous.

Nous nous employons donc à relever ces défis et nous nous savons épaulés.

Merci à nos abonnés, tous les mois plus nombreux, qui font le choix de s’engager sur la durée et qui sont au fondement de notre modèle économique. Merci à tous ceux qui se rendent dans les kiosques, dans les maisons de la presse et qui permettent que vivent ces espaces de proximité par excellence. Merci à tous nos marchands de journaux, bien souvent noyés sous les titres et dont l’activité est de plus en plus précaire, qui nous mettent en avant et jouent la carte locale. Merci aux annonceurs, qui nous ont fait confiance durant cette première année alors que Soixante-Quinze gagnait encore à être connu. Merci à tous les médias, qui ont relayé, nombreux, notre travail. Merci enfin à tous nos partenaires, associés, investisseurs, qui poursuivent l’aventure au côté de Soixante-Quinze.

Si le mensuel des curieux de Paris vous séduit, parlez-en autour de vous, cela vaut toutes les campagnes de pub !

Photo © Mathieu Génon : l’équipe de Soixante-Quinze sur la dalle des Olympiades (13e). Debout : Clarisse, Nicolas, Philippe S., David, Virginie, Philippe B., Mathilde, Louis. Assis : Mathieu, Nastasia.

Par La rédaction

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *