La folle épopée de la cocaïne du « 36 »

La folle épopée de la cocaïne du « 36 »

EN KIOSQUE # 12 – En juillet 2014, 48 kilos de drogue sont dérobés au siège de la police judiciaire, quai des Orfèvres. Le coupable ? Un membre de la brigade des stups. Il vient d’être condamné à dix ans de prison. Retour sur une affaire rocambolesque, entre Paris et la banlieue.

Ce n’est pas une « affaire », mais une symphonie d’extravagantes barbouzeries qu’a dû juger la 14e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. À la barre, Jonathan Guyot, cet impénétrable binoclard qui a réfuté les charges pesant sur lui avec un aplomb stupéfiant. Au point de susciter l’effarement de l’accusation, dont l’une des deux représentantes, Aglaë Fradois, a martelé la « colère que lui inspire cette défense, voire le rire jaune, tant la position du prévenu est grotesque ». Mais comment admettre, devant la justice que l’on servait naguère avec diligence, avoir volé 48,5 kilos de cocaïne au sein de sa brigade pour en faire trafic ?

Photo © Mathieu Génon

Lire la suite dans Soixante-Quinze n°12, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Julien Mucchielli

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *