Et si on faisait un tour à la morgue

Et si on faisait un tour à la morgue

EN KIOSQUE # 12 – Au XIXe siècle, l’ancêtre de l’institut médico-légal de Paris était un lieu de promenade très prisé. On venait y contempler les dépouilles des personnes retrouvées sur la voie publique, noyées, accidentées, suicidées ou assassinées.

Vers 1900, dans sa liste des « plaisirs et promenades que l’on peut s’offrir de 8 heures du matin à 7 heures du soir », entre la Chapelle expiatoire et l’Arc de triomphe, le Guide des plaisirs à Paris mentionne… la Morgue, avec un grand M. À cette époque, le lieu où la police expose les cadavres retrouvés sur la voie publique, dans l’espoir que quelqu’un viendra les identifier, ouvert à tous, est en effet une des attractions de la Ville Lumière. Les gens viennent, même quand ils n’ont personne à reconnaître, juste pour le « plaisir » de voir des morts. […]

Illustration © Welcome Library, London

Lire la suite dans Soixante-Quinze n°12, en vente en kiosque.

Achetez cet article sur Articly https://www.articly.com/article/181329 

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Jérôme Hoff

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *