Casquinha de siri, une recette de Rosilene Vitorino du restaurant Niébé

Casquinha de siri, une recette de Rosilene Vitorino du restaurant Niébé

ARTICLE EN LIBRE ACCES – Soixante-Quinze dresse chaque mois le portrait d’un chef parisien repéré pour le rapport qualité-prix imbattable de sa table. Son parcours et ses inspirations culinaires figurent au menu d’un article ponctué d’une recette originale, que nous publions exclusivement sur soixantequinze.paris.

La parole est à Rosilene Vitorino, chef du restaurant Niébé, établissement consacré à la cuisine brésilienne, dans le 6e arrondissement de Paris. Elle propose aux internautes de soixantequinze.paris une recette traditionnelle à base de crabe : le casquinha de siri.

« La cuisine de mon pays mérite d’être connue, souligne Rosilene Vitorino en préparant sa recette. Or, mes compatriotes qui ont des restaurants à Paris préfèrent fusionner les cuisines brésilienne et française comme
s’ils n’assumaient pas leurs origines. »

« La cuisine de mon pays mérite d’être connue, souligne Rosilene Vitorino en préparant sa recette. Or, mes compatriotes qui ont des restaurants à Paris préfèrent fusionner les cuisines brésilienne et française comme
s’ils n’assumaient pas leurs origines. »

Ingrédients :

400 grammes de chair de crabe (fraiche ou surgelée)
125 grammes d’oignon
75 grammes de poivron rouge
75 grammes de poivron vert
50 grammes de coriandre
Sel, poivre
Huile d’olive
10 cl de cachaça (alcool à base de canne à sucre qui sert à fabriquer la caipirinha )
Une fève Tonka
10 grammes de curcuma

Préparation :

Tailler en brunoise l’oignon et les poivrons. Émincer la coriandre. Mettre de l’huile dans une casserole, y ajouter l’oignon et le laisser dorer. Ajouter les poivrons, le crabe émietté, puis la coriandre, toujours en remuant pour éviter que ça accroche. Ajouter le cachaça, le sel, le poivre, un peu de fève Tonka râpée et pour terminer le curcuma.

Dressage :

Répartir la préparation dans 4 carapaces de crabe et servir chaud ou à température ambiante.

Photos : © Mathieu Génon

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par La rédaction

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *