«Pigalle se débarrasse de ses pauvres»

«Pigalle se débarrasse de ses pauvres»

EN KIOSQUE #10 – Figures du groupe de rap La Rumeur, Hamé (Mohamed Bourokba) et Ekoué (Labitey), tous deux 41 ans, sont aussi cinéastes. Leur long-métrage, Les Derniers Parisiens, avec Reda Kateb, Mélanie Laurent et Slimane Dazi, sort le 22 février. L’histoire de deux frères qui se disputent un bar, Le Prestige, dans ce quartier du 18e en mutation que les deux rappeurs connaissent par cœur.

Soixante-Quinze : Votre film met en scène le combat pour un bar, Le Prestige, dans un quartier qui laisse de moins en moins de chances aux petits…

Ekoué : On voulait créer un choc entre deux frères, deux générations aux aspirations que tout oppose. Arezki, l’aîné, a quitté la banlieue pour Paris, c’est un modèle d’intégration, il cherche la tranquillité, il « joue au Français ». Nasser, le cadet, veut briller, de la thune et vite. Le cadre, c’est le café qu’ils se disputent, dans un quartier, Pigalle, qui change, qui devient cher, qui se débarrasse de ses pauvres, avec des troquets à l’ancienne qui disparaissent au profit de bars à hipsters.

Hamé : On entend souvent que les élites politiques et culturelles sont déconnectées de la vie réelle, mais faut voir où elles vivent. En tout cas, loin des quartiers populaires… Tu ne peux pas comprendre le vrai quotidien des gens si tu vis dans des lieux aseptisés et qu’une partie de ce qui fait la vie de Paris est reléguée sous le tapis ou en périphérie.

Le webzine de La Rumeur en cliquant ici.

La bande annonce du film de La Rumeur, Les derniers parisiens, ici.

Photo © Mathieu Génon

Lire la suite dans Soixante-Quinze n°10, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Philippe Schaller

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *