Paris les bons tuyaux

Paris les bons tuyaux

EN KIOSQUE # 10 – De 1879 à 1984, la capitale était équipée d’un télé- graphe atmosphérique. Cet étonnant système de tubes pneumatiques permettait, bien avant le fax et l’e-mail, de faire circuler des courriers en un temps record.

Du Second Empire aux années 1980, le Parisien qui veut expédier rapidement un message a deux possibilités : embaucher un coursier, qui restera peut-être coincé dans les embouteillages, ou utiliser le réseau pneumatique, un service de transport par air comprimé. Pour trois à cinq fois le prix d’une lettre classique, un postier glisse le pli dans un cylindre en métal – appelé curseur – qu’il envoie dans une forêt de tuyaux souterrains. Grâce à la différence de pression créée par des machines, l’objet file comme soufflé par une sarbacane, dans un concert de carillons métalliques, vers un autre bureau de poste. Là, le message est confié à un facteur qui le porte à la bonne adresse. Une heure seulement après son envoi, le « petit bleu » – référence à la couleur du papier utilisé – est entre les mains de son destinataire.

Photo © Musée de La Poste

Lire la suite dans Soixante-Quinze n°10, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Jérôme Hoff

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *