Pollution : sur les quais de la polémique

Pollution : sur les quais de la polémique

ARTICLE EN LIBRE ACCES – Alors que la capitale est régulièrement confrontée aux pics de pollution, la mairie de Paris continue d’étoffer son plan de lutte contre les particules fines. Parmi les réformes et projets qui ont été validés, figure notamment la mise en place, lundi 16 janvier 2017, d’une vignette obligatoire pour tous les véhicules motorisés, afin d’identifier leurs émissions polluantes.

Vignette pollution Crit’Air, installation d’un tram-bus sur les quais hauts pour 2018, mise en place d’une circulation en double sens sur la rue de Rivoli, augmentation des voies cyclables et fermeture des quais rive droite pour les voitures (déjà effective depuis septembre 2016) : voilà autant de réalisations qui ne cessent d’alimenter les polémiques concernant l’augmentation des embouteillages au cœur de Paris. Qu’en pensent les usagers des quais désormais libres de toute circulation automobile ?

Voie George Pompidou, entre le Pont Neuf et le Pont Marie, les travaux d’aménagement pour la piétonnisation des berges ont débuté. Au programme, espaces de jeux pour les plus petits et pelouses pour les plus grands. Il reste encore du travail pour transformer le lieu en allée verdoyante telle que souhaitée par la maire Anne Hidalgo. On y croise pour le moment des coureurs, des promeneurs et des curieux.

Promeneurs sous le pont Notre-Dame, sur les quais de Seine.

Promeneurs sous le pont Notre-Dame, sur les quais de Seine.

Pour Paul et Catherine, Belges sexagénaires en week-end à Paris, la piétonnisation des quais de Seine est « formidable ». Pour eux qui ont toujours connu cette voie réservée aux voitures, « c’est une bonne évolution. Plus propre et plus aérée. Il ne faut pourtant pas être égoïstes. C’est évidemment très bien pour les piétons, mais pour les automobilistes cela va être beaucoup plus compliqué. Le fait de supprimer des voies et des axes routiers va forcement avoir un impact sur la circulation et engendrer des embouteillages, donc de la pollution. »

La circulation dans Paris a toujours fait polémique. La piétonnisation du centre-ville voulue par la maire Anne Hidalgo s’inscrit dans une longue démarche entreprise par son prédécesseur, Bertrand Delanöe, à partir de 2001 avec notamment la fermeture aux automobilistes de la rive gauche en 2013. Cette volonté de remettre l’humain au cœur de l’évolution de la métropole, c’est ce que partage Elizabeth, Suédoise d’une soixantaine d’années installée à Paris depuis 1968 : « Il est inconcevable de prendre sa voiture pour circuler en ville lorsqu’on y habite. Il y a un tel réseau de métro que ça en devient absurde. Exactement comme tous ces gens qui achètent des bouteilles d’eau alors que celle du robinet est potable. Il y a toujours eu des embouteillages à Paris, mais avec cette voie, je peux me déplacer sans penser aux voitures ».

Les premiers arpents de pelouse plantés par la mairie de Paris, le long de l'ancienne voie Georges Pompidou.

Les premiers arpents de pelouse plantés par la mairie de Paris, le long de l’ancienne voie Georges Pompidou.

C’est également ce que pense Benjamin, étudiant en BTS et habitant de La Courneuve, en proche banlieue.
« Les quais ont été livrés pendant trente ans aux voitures, maintenant c’est trente ans pour les piétons ! Par contre, il faut que les transports en banlieue suivent le rythme si l’on veut que le maximum de personnes abandonnent la voiture pour aller dans Paris. Les RER sont vraiment un problème. En revanche, je suis persuadé que cet été tout le monde sera très content de prendre l’apéro sur les quais et que toutes ces polémiques auront laissé place au plaisir de la promenade. C’est quand même un axe classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Et il était jusque-là utilisé comme autoroute intérieure ! »

Un mur d'escalade au bénéfice des plus petits.

Un mur d’escalade au bénéfice des plus petits.

Suzanne et sa fille Alexia profitent du week-end pour promener leur chien et découvrir les nouveaux espaces dédiés aux loisirs sur les quais. « Ces réformes sont très appréciables en tant que piéton et en tant qu’automobiliste. Je peux vous le dire car je suis conductrice, mais uniquement quand je quitte Paris. Je pense tout de même qu’il faudrait prévoir des parkings gratuits à l’entrée de la ville afin que les personnes venues de banlieue puissent y laisser leur voiture et ensuite prendre les transports. De toute façon, on sera bien obligé de changer notre façon de nous déplacer. Cela passe également par l’interdiction du diesel dans la ville. »

Parcours ludique pour apprendre à reconnaître les différentes espèces d'arbres.

Parcours ludique pour apprendre à reconnaître les différentes espèces d’arbres.

 


  • Si l’envie d’une petite balade à vélo sur les quais vous prend, n’hésitez pas à rendre visite à Valentin Tual dans son atelier SoliCycle. Première boutique ouverte sur les quais rive droite, Solicyle est en réalité une association déjà bien implantée dans Paris et ses alentours. Une adhésion annuelle de 16€ valable pour une famille entière permet aux usagers d’accéder aux ateliers pour entretenir eux-mêmes leur bicyclette. Grâce aux conseils des équipes, aux outils et aux pièces détachées mis a leur disposition, les adhérent-e-s mettent les mains dans le cambouis et effectuent eux-mêmes les réparations.

    Solicycle loue des bicyclettes pour adultes et enfants sur les quais de Seine.

    Solicycle loue des bicyclettes pour adultes et enfants sur les quais de Seine.

    La réparation d’un vélo se fait avec l'aide de l'équipe présente sur place.

    La réparation d’un vélo se fait avec l’aide de l’équipe présente sur place.

    Toutes les pièces détachées sont en libre service pour les adhérents.

    Toutes les pièces détachées sont proposées en libre service pour les adhérents.

    Photos © Louis Camelin

    Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Louis Camelin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *