Paris, joli port de pêche

Paris, joli port de pêche

EN KIOSQUE # 7 – La Seine, un cloaque ? Bien au contraire, elle regorge de goujons, perches et brochets. Et nombreux sont les citadins, notamment les jeunes, qui découvrent les joies du lancer de ligne, rebaptisé street fishing.

Le long du bassin de la Villette ou du canal Saint-Martin, vous les avez peut-être vus lancer leur ligne. Loin du cliché de la pêche à la papa assis sur sa glacière, le street fishing se pratique en mouvement, en arpentant les quais parisiens d’un pas sportif, de mai à janvier. Adeptes du catch and release (« attraper et relâcher ») et du no kill (« laisser en vie »), ces pêcheurs urbains en jean-baskets ne sont pas, malgré ces anglicismes, des hipsters. Si la casquette et le sac à dos reviennent souvent, il serait aussi réducteur que crétin de cantonner les street fishers à un look. D’autant que leur nombre explose depuis quelques années dans l’est de la capitale et en proche banlieue, notamment à Pantin et à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Côté état d’esprit, la coolitude et la quête d’un moment de détente dans la jungle urbaine rassemblent la communauté.

Les pêcheurs sont de plus en plus nombreux sur le berges du bassin de la Villette, dans le 19e arrondissement.

Les pêcheurs sont de plus en plus nombreux sur le berges du bassin de la Villette, dans le 19e arrondissement.

Avec moins de 100 euros de matériel et un permis – l’Union des pêcheurs de Paris délivre des cartes à la journée –, le street fishing appâte aussi bien enfants, parents que jeunes actifs. À tel point qu’en cette fin d’après-midi d’octobre 2016, en arrivant au pont levant de la rue de Crimée, dans le 19e arron- dissement de Paris, on se trompe d’interlocuteur… « Tu dois confondre, il n’y a pas d’Aurélien parmi nous, mais j’ai vu des mecs un peu plus loin. » En effet, Aurélien Fiaux et ses potes pêchent à l’embouchure du bassin de la Villette. Dans ce microcosme, le dialogue s’engage promptement. Parfois, des amitiés naissent. « J’étais d’un côté du bassin avec ma canne, Camille de l’autre ; on s’est fait signe. Lui est un enfant du 19e qui y pêche depuis l’âge de 7 ans, alors que moi j’ai découvert au même âge la pêche dans des rivières vers Bar-le-Duc [Meuse] le week-end, d’où est originaire mon père », se remémore, clope au bec, ce Parisien pure souche, fondateur de la team Naturlish en 2013 (…)

Photos : © Mathieu Génon

Lire la suite dans Soixante-Quinze n°7, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Un concours en décembre
La compétition Nautic Street Fishing va voir 150 binômes de pêcheurs s’affronter sur la rive gauche de la Seine, le 10 décembre 2016. Une épreuve no kill du pont des Arts au pont aval du périphérique. Pour y participer, comptez 60 euros par binôme et une carte de pêche en cours de validité.
www.salonnautiqueparis.com

Par Thomas Delavergne

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *