Décontracté du bulbe

Décontracté du bulbe

EN KIOSQUE # 6 – Un bâtiment pas très catholique est ­inauguré, quai Branly, dans le 7e arrondissement de Paris, après des années de débat architectural. Tout a pourtant été pensé pour « parisianiser » la somptueuse cathédrale ortho­doxe russe voulue par Moscou.

Parée de blanc et cachée derrière les arbres, à l’ombre de la tour Eiffel et à deux pas du musée du quai Branly, elle cultive la discrétion. Peine perdue : on se presse depuis des mois pour l’admirer… ou en médire. C’est que les croix orthodoxes qui coiffent les cinq bulbes de la cathédrale de la Sainte-Trinité dénotent dans le paysage du 7e arrondissement. Une église, mais aussi un centre culturel, une maison paroissiale et une école primaire bilingue constituent ce « Centre spirituel et culturel orthodoxe russe » qui est inauguré ce mois-ci.

Un projet à 170 millions d’euros, entièrement payé par Moscou. Les bâtiments érigés par l’architecte star Jean-Michel Wilmotte sur l’emplacement de l’ancien siège croulant de Météo-France veillent désormais sur le pont de l’Alma, en face du palais de Tokyo. C’est le point final – après des années d’atermoiements politiques et diplomatiques – d’un projet cher à Vladimir Poutine. Certains y voient un cheval de Troie de Moscou en plein Paris, d’autres ironisent sur un projet religieux qui ne pose pas problème au moment même où l’on s’interroge sur le financement des mosquées par des fonds étrangers (…)

Lire la suite dans Soixante-Quinze n°6, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Philippe Schaller

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *