Chinatown à contre-courant

Chinatown à contre-courant

EN KIOSQUE # 6 – Des milliers de Chinois ont manifesté, début septembre, pour dénoncer le meurtre de Zhang Chaolin à Aubervilliers. Mais ceux du 13e arrondissement de Paris, installés depuis plus de trente ans, se sont peu mobilisés. Explication.

Pour la gérante du bar-tabac de l’avenue de Choisy, dans le 13e arrondissement de Paris, ce n’est ni le lieu ni le moment de parler de la manifestation de la communauté chinoise contre le racisme envers les Asiatiques qui s’est déroulée le 4 septembre 2016 de République à Nation. Elle chuchote, mime : « Pas ici, après. » S’il se passe ici des actes similaires à ceux commis à Belleville, Aubervilliers ou La Courneuve, à savoir des vols et des agressions sur les Chinois ? « Euh oui, mais je… je vous rappellerai. »

La discussion s’arrête là, pour toujours. Intrigant. Jacques Hua, résident de longue date du 13e, qui a participé à la manifestation avec son association de commerçants, Entreprises 13, l’assure : « Oui, il se passe la même chose dans le 13e. » Impossible à chiffrer pour lui, pour quiconque. Les plaintes sont rares, et jamais classées selon les origines des dépositaires.

Pourtant, hormis des militants, les Chinois du 13e étaient bel et bien absents de cette manifestation (50 000 personnes selon les organisateurs, 15 000 selon la police, dit la formule consacrée) ; absents aussi des médias, qui ont couru après les témoignages (…)

Lire la suite dans Soixante-Quinze n°6, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Virginie Tauzin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *