Des livres et des combats

Des livres et des combats

EN KIOSQUE # 5 – A l’heure où les libraires luttent contre Amazon, certains se battent aussi pour défendre des idées : anarchisme, féminisme, extrême droite… A Paris, leurs boutiques sont également de vrais QG qui aimantent des publics bouillonnants.

RÉSISTANCE – Cause palestinienne – 17e arrondissement

« C’est la librairie de toutes les résistances ! » revendique Olivier, le libraire, fines lunettes et barbe grise fournie. Les résistances des colonisés, des ouvriers, des femmes, des victimes du racisme ou de l’islamophobie ; mais aussi et surtout celle du peuple palestinien. C’est d’ailleurs ici, dans une vaste arrière-salle imposante, meublée de grandes tables, ornée d’un imposant drapeau palestinien et d’un parapluie-keffieh, que se réunissent les membres de l’association EuroPalestine, aux méthodes souvent controversées.

Olivier est à la tête de la librairie Résistance, spécialisée dans l'histoire des luttes contre les divisions ethniques, le racisme et le colonialisme.

Olivier est à la tête de la librairie Résistance, spécialisée dans l’histoire des luttes contre les divisions ethniques, le racisme et le colonialisme.

« Attention, je tiens à bien distinguer mes deux casquettes : je suis libraire d’un côté et militant de l’autre ! Lorsqu’il y a dix ans nous avons cherché un lieu de réunion pour les activités de l’association, nous avons décidé de consacrer un espace à une librairie qui aurait toute son autonomie éditoriale et de gestion », prévient d’emblée ce passionné d’Afrique et d’Orient, toujours un peu sur ses gardes. Est-ce à cause des attaques violentes dont sa boutique a parfois été la cible ? ou par crainte des amalgames dans un contexte politique sensible (…)
librairie-résistance.com

FACTA – Extrême droite – 9e arrondissement

« Sois Charlie et tais-toi », avertit un Manuel Valls inquiétant qui bâillonne une jeune femme. La caricature, épinglée au-dessus du comptoir de Vincent, la petite quarantaine, est révélatrice de l’atmosphère qui règne dans cette librairie à quelques pas de la gare Saint-Lazare. « Je considère cet endroit comme un lieu de dissidence par rapport au courant de pensée dominant, explique ce libraire, cheveux courts et T-shirt kaki, assis sous un drapeau français. Je n’appartiens à aucun parti politique, mais je viens du courant nationaliste révolutionnaire. »

Maurras, Brasillach, Céline et Drieu la Rochelle emplissent les rayons de ce lieu fondé en 2005 par un ex-journaliste de Minute et tenu aujourd'hui par Vincent, qui se réclame du nationalisme révolutionnaire.

Maurras, Brasillach, Céline et Drieu la Rochelle emplissent les rayons de ce lieu fondé en 2005 par un ex-journaliste de Minute et tenu aujourd’hui par Vincent, qui se réclame du nationalisme révolutionnaire.

Face à lui, un mausolée à la mémoire du véritable maître des lieux, Emmanuel Ratier. C’est cet ancien journaliste de Minute, décédé en août 2015, qui a fondé en 2005 la librairie. Sur le comptoir, une pile d’exemplaires de son livre sur Le Siècle : Au cœur du pouvoir. Enquête sur le club le plus puissant de France. Juste à côté, le dernier numéro de la revue Faits et Documents, également fondée par Emmanuel Ratier et dont Vincent, son disciple depuis vingt ans, a repris la rédaction. Cette lettre bimensuelle, bien connue et diffusée dans les milieux nationalistes, entend dénoncer (…)
Librairie-Facta.com

LA LIBRE PENSEE – Laïcité et raison – 5e arrondissement

En plein cœur du Quartier latin se dresse une librairie qui ne l’aime guère – le latin. Tout est blanc, neuf, net et bien rangé dans ce petit immeuble de la rue des Fossés-Saint-Jacques, qui aurait autrefois abrité l’hôtel des mousquetaires du roi : « On a tout refait, annonce fièrement Marina, libraire à l’air juvénile assise sous la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793. Avant, ça faisait un peu repaire de trotskistes ! »

"Ni dieu ni maître, à bas la calotte, vive la sociale !" est la profession de foi de cette librairie ouverte en 1975.

« Ni dieu ni maître, à bas la calotte, vive la sociale ! » est la profession de foi de cette librairie ouverte en 1975.

Depuis les travaux, il y a deux ans, il faut aussi sonner avant que Marina n’ouvre la porte. C’est qu’à La Libre Pensée, librairie de la fédération éponyme, on milite pour la laïcité et le respect de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Ce qui leur a souvent valu des insultes et des vitrines cassées ou recouvertes d’autocollants hostiles. Dans le viseur de ces libres-penseurs ? Les subventions aux écoles privées, les crèches de Noël dans les espaces publics, mais aussi le poids de la religion. Ils militent par exemple pour le droit de (…)
www.fnlp.fr

VIOLETTE AND Co – Féminisme et cause LGBT – 11e arrondissement

« Femme de plume, ses ailes plongent, dans l’encrier du monde » : la maxime, accompagnée d’un pochoir de l’artiste Miss.Tic qui représente la romancière Lydie Salvayre, se détache sur une façade rose acidulé. Le passant est averti : chez Violette and Co, les femmes sont à l’honneur. A l’intérieur, au-dessus du comptoir de Catherine et Christine, qui ont tout plaqué il y a douze ans pour monter cette librairie, le cortège des grandes dames poursuit son défilé : Frida Kahlo, Germaine Tillion, Simone de Beauvoir ou Violette Leduc, qui prête son prénom à la librairie.

Depuis 2004, les 80 m2 de Catherine et Christine sont consacrés aux textes qui mettent en valeur les femmes et les diversités sexuelles.

Depuis 2004, les 80 m2 de Catherine et Christine sont consacrés aux textes qui mettent en valeur les femmes et les diversités sexuelles.

Dès l’entrée, des T-shirts vantent le girl power ; sur les cartes postales, des bébés trop emmitouflés se lamentent : « La vie serait tellement plus belle si maman arrêtait de tricoter ! » « Quand nous avons ouvert, il ne restait qu’une librairie gay à Paris et la dernière librairie féministe venait de fermer, raconte Christine, qui a milité au Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) dans les années 1970. Cela nous semblait important qu’un lieu comme celui-ci existe. Il y a des retours en arrière, il y a encore des gens qui sont contre l’avortement ou qui s’opposent au “mariage pour tous”. »
violetteandco.com

PUBLICO – Anarchisme – 11e arrondissement

Un canapé rouge fatigué, des T-shirts « No pasaran » tendus sur les murs, le « A » des anarchistes estampillé sur les pin’s et les cartes postales, les ondes rock et punk de Radio libertaire… De prime abord, la librairie Publico, ouverte en 1981 rue Amelot dans le 11e arrondissement, peut faire penser à un repaire d’ados utopistes, un peu rebelles. Mais avec ses 4 500 titres, les œuvres complètes de Proudhon, Bakounine ou Kropotkine, c’est bel et bien le temple parisien de la pensée anarchiste.

Ouvert en 1981, ce temple de la pensée libertaire attire, avec ses 4500 titres et ses périodiques, des activistes, des retraités, des ouvriers et des universitaires.

Ouvert en 1981, ce temple de la pensée libertaire attire, avec ses 4500 titres et ses périodiques, des activistes, des retraités, des ouvriers et des universitaires.

Comme Radio libertaire, dont le siège est dans le même immeuble, Publico est liée à la Fédération anarchiste. On y déambule entre les rayons consacrés aux révolutions – française, russe, espagnole – et ceux réservés à toutes les luttes – syndicales, ouvrières, féministes ou anticarcérales. Sur les tables, une foule de périodiques et de livres difficiles à trouver ailleurs, comme cette collection de récits de paysans et d’ouvriers du xıxe siècle qui ont écrit sur leur propre condition.
librairie-publico.info

Photographies : ©Manon Aubel

Lire la suite des articles dans Soixante-Quinze n°5, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Anne-Louise Sautreuil

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *