La banlieue est une fête

La banlieue est une fête

EN KIOSQUE # 4 – A Paris, la nuit est debout mais c’est tout. Les soirées en boîtes sont devenues trop sages, trop commerciales, trop sélectes. Pour se secouer la crinière, les meilleurs « spots » électro sont désormais outre-périph. Un rail de RER et c’est parti !

À Saint-Denis (93), un sexagénaire à la barbe hirsute, abrité sous son pull à capuche, navigue sur sa trottinette de fortune entre des Lolita moulées dans des shorts graphiques et des postados prêts à en découdre avec le sound system. Il jure contre François Hollande, embrasse les Dionysiens, souffle dans sa bière, avant de ralentir le pas pour beugler : « Ici, on fait la fête ! » À Nanterre (92), près de l’université, des chèvres se font caresser par une bande de copines en délire, un coq hisse son cou électrisé par les craquements du vinyle, un couple de colombes perché sous le toit d’une ferme observe, médusé, des centaines de jeunes qui se secouent de bonheur devant un DJ en short.

Sportifs enivrés

À l’est de Paris, à trois arrêts du terminus du RER A, juste avant que la Marne ne croise la Francilienne, une plage de Torcy (77) accueille pour un week-end une armée de noctambules : un couple s’embrasse sur un canapé-lit posé à même le sable, des sportifs enivrés entament une partie de beach-volley, tandis que le gros de la tribu commence à s’agiter devant la scène, une bière à la main. Saint-Denis, Nanterre, Torcy : pour nombre de Parisiens, ce ne sont que des arrêts de RER, des lieux fantasmés qui évoquent plutôt du gris, du triste, du lointain. Et pourtant, c’est dans ces banlieues excentrées et mal notées qu’on trouve aujourd’hui les meilleures spots électro de la métropole. Un public d’avertis l’a bien compris et se bouscule depuis quelques années pour en être à chaque fois qu’un événement est annoncé sur les réseaux sociaux (…)

Lire la suite de cet article dans Soixante-Quinze n°4, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Victor Castanet

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *