Huit affaires criminelles qui ont marqué Paris

Huit affaires criminelles qui ont marqué Paris

EN KIOSQUE # 4 – Dans la capitale, il y a eu des milliers de crimes. Soit autant de décors, de périodes, de contextes, de mobiles, de victimes et de coupables. Dans ce dossier, nous en avons retenu huit. Chacun nous rappelle quelque chose du Paris de son époque. Ces affaires ne sont pas seulement sanglantes, mais aussi politiques, romanesques, remarquables. Surtout, nombreuses sont celles dont les faits nous échappent, avec le temps. Le docteur Petiot, oui, mais quand ? mais comment ? Comme cette histoire, qui ouvre la série, les autres vous diront peut-être quelque chose, de près, de loin. En leur temps, pourtant, elles ont bouleversé Paris…

Dossier réalisé par Virginie Tauzin (qui le raconte sur les ondes de Sud Radio, à écouter en suivant ce lien) et Sarah Jourdren

1 – Marcel Petiot, le Landru de l’occupation
Dans Paris occupé par les Allemands, un médecin propose son aide aux personnes qui souhaitent fuir le régime nazi. Mais au lieu de les envoyer en Argentine, il les enferme, les vole, les assassine et brûle les corps.

2 – Pierre Goldman, l’innocent idéal
Assassiné en 1979 sur une petite place du 13e arrondissement de Paris, Pierre Goldman, demi-frère de Jean-Jacques, a été, dix ans plus tôt, accusé d’un double meurtre dans le 11e. Défendu par les intellectuels de gauche, il a été acquitté.

3 – Issei Sagawa, le Japonais cannibale
En 1981, dans son appartement du 16e, un étudiant étranger tue et mange une camarade. Déclaré irresponsable de ses actes, il vit toujours, libre, dans son pays d’origine. Et continue de s’exprimer sur cette morbide affaire.

4 – Ravachol, le « Christ anarchiste »
A la fin du xıxe siècle, ce criminel libertaire affole la presse populaire. En 1892, l’attentat de la rue de Clichy, dans le 9e arrondissement, provoque son arrestation et sa condamnation à la guillotine.16

5 – Coups de feu à Chinatown
Le 4 mars 1985, quatre Cambodgiens sont retrouvés abattus d’une balle dans la tête au 24e étage de la tour Tokyo. Crime mafieux ou politique ? Trente ans plus tard, le mystère demeure dans le 13e.

6 – Bérenger Brouns, le charcutier meurtrier
En 2005, après avoir étranglé sa maîtresse et son fils, l’aimable commerçant du marché Saint-Martin, dans le 10e, découpe les corps au couteau à désosser puis se débarrasse des morceaux en les jetant dans les poubelles du quartier.

7 – L’amiral de Coligny, premier massacré
Dans la matinée du 22 août 1572, près du Louvre, un attentat à l’arquebuse vise le chef du parti protestant. L’incident va précipiter la nuit de la Saint-Barthélemy, qui fera des milliers de morts.

8 – Malik Oussekine, le martyr
Un soir de 1986, dans le quartier de l’Odéon (6e), un étudiant de 22 ans est battu à mort par des policiers après une manif. Un meurtre qui bouleverse l’opinion et pointe du doigt le climat ultrasécuritaire de la première cohabitation.

Lire la suite du dossier et les affaires complètes dans Soixante-Quinze n°4, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Virginie Tauzin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *