Le Bois Dormoy sauvé in extremis

Le Bois Dormoy sauvé in extremis

ARTICLE EN LIBRE ACCES – Contre toute attente, le Bois Dormoy vivra. Cette parcelle de nature entretenue par une association de riverains du 18e arrondissement de Paris, sur laquelle devait être bâtis un EHPAD et une crèche, est sauvée par un amendement déposé au conseil de Paris, dans le cadre de la modification du Plan local d’urbanisme (PLU).

Le Bois Dormoy s’était résigné aux engins de chantier, c’est finalement un avenir radieux qui lui est promis : la petite forêt urbaine du 18e arrondissement de Paris, est sauvé. « Nous sommes évidemment ravis par cette décision que l’on attendait plus, s’enthousiasme Thomas Augais, président de l’association Le Bois Dormoy. Ce jardin a de l’avenir, nous allons faire en sorte de l’ouvrir davantage encore à tous les Parisiens. » C’est l’euphorie, cité de La Chapelle, mardi 5 juillet 2016. La veille, le conseil de Paris a entériné la préservation du Bois Dormoy au détour d’un amendement déposé par les élu(e)s du groupe écologiste de la capitale, dans le cadre de la modification du Plan local d’urbanisme (PLU) local. Lequel met justement l’accent sur l’environnement.

Concertation avec les habitants du quartier

« Nous négocions ce dossier avec la mairie de Paris depuis des mois, souligne Gala Bridier, élu Europe Ecologie les Verts (EELV) du 18e, qui a porté le dossier devant le conseil de Paris. Le Bois Dormoy est l’un de nos combats emblématiques. La mairie devait montrer son attachement à la préservation de la nature en ville. » L’amendement, voté par les élus Les républicains, prévoit le maintien de l’espace végétalisé existant ; son aménagement sera réalisé en concertation avec les habitants du quartier, préservera l’identité du jardin Bois Dormoy et la perméabilité des sols dans l’intégralité de la partie de la parcelle sur laquelle l’espace vert se préservé. Autrement dit, la parcelle de 1 600 m2 est inconstructible : si la crèche prévue sera effectivement construite en lieu et place d’une bâtisse vouée à la destruction qui jouxte le Bois Dormoy, l’EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) verra le jour ailleurs.

bois-dormoy-interieur-1000

« Le Bois ne va pas rester en l’état, poursuit Thomas Augais. Nous allons nous appuyer sur l’expérience de l’association pour mettre en place un mode de fonctionnement adapté à la nouvelle réalité du jardin. Nous pensons d’ores et déjà à la création d’un lieu entre le square et le jardin partagé. Il convient d’y conserver des parcelles cultivées, par exemple. Le lien social généré par ce jardin dans la quartier doit perdurer et, si possible, se renforcer encore. » Pour Marie-Laure Cazin, qui avait promis de quitter le quartier si le Bois disparaissait, « c’est un grand bonheur. C’est presque irréel de savoir que la vie de tous ces arbres n’est plus hypothéquée. » La jeune femme estime par ailleurs « rassurant de constater que les politiques peuvent prendre en considération les désirs des citoyens ».

Pour acheter Soixante-Quinze n°2, dans lequel est publié notre article « Le Bois Dormoy, la forêt désenchantée », connectez-vous à notre boutique achat au numéro ou abonnement.

Par Philippe Bordier

1 Commentaire

  1. BILLAUT

    QUEL DOMMAGE QUE CE BOIS SOIT SAUVE CAR IL EST UN REPERE POUR LES RATS -IL EST SALE ET PAS ENTRETENU LES PERSONNES QUI S’Y RENDENT SONT LA JUSTE LA POUR BRONZER ET NE RIEN FAIRE -A L’HEURE PRESENTE DES BRANCHAGES DE LA VEGETATION SAUVAGE GAGNE LE TROTTOIR ET LES BRANCHES PENDENT HORS DE LA CLOTURE SUR LA TETE DES PASSANTS.
    ALORS QU’UN ETABLISSEMENT POUR PERSONNES AGEES AURAIT ETE BEAUCOUP PLUS UTILE DANS NOTRE QUARTIER.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *