Ma montre ? Elle est chez « ma tante »

Ma montre ? Elle est chez « ma tante »

SOIXANTE-QUINZE # 4 – A l’heure de payer les vacances et bientôt les impôts, les Parisiens se pressent rue des Francs-Bourgeois. Depuis près de quatre siècles, le mont-de-piété prête de l’argent sur gages à quiconque traverse une mauvaise passe.

Pounida est fébrile. Tôt ce matin, cette femme d’origine indienne a quitté Villepinte, en Seine-Saint-Denis, pour arriver dans le Marais à l’ouverture avec, au fond de son sac à main, une poignée de bijoux. Une heure qu’elle attend l’estimation de son petit butin. A l’appel de son numéro, elle se précipite vers le guichet. Pounida en espérait « 500 euros au moins » : c’est 600 euros qui lui sont confiés. Ouf de soulagement. Elle travaille à La Poste, comme son mari. Deux petits salaires insuffisants pour faire face au coût élevé de la vie en Ile-de-France. Alors la quadra puise régulièrement dans son stock de bijoux reçus à son mariage. Le prêt sur gages du Crédit municipal, rue des Francs-Bourgeois dans le 4e arrondissement, c’est sa bouée de sauvetage pour payer « les factures d’électricité et de gaz, une partie de ses impôts, un billet pour aller au pays, à Pondichéry ». Ces liquidités faciles à obtenir offrent une solution pratique à Pounida, qui veut échapper à « l’usure très forte dans la communauté et aux crédits à la consommation ». Presque la dernière solution, pour elle qui est interdite bancaire.

Des centaines d’objets déposés ou récupérés tous les jours

Depuis 1637, ce mont-de-piété parisien, surnommé « ma tante », permet à chacun de déposer un objet en gage contre un prêt temporaire. Au xıxe siècle, François d’Orléans, fils du roi Louis-Philippe, y aurait déposé, pour régler des dettes de jeu, une montre en or. Sa mère, qui la lui avait offerte, s’étonna de ne plus la voir. Réponse du prince embarrassé : « Je l’ai oubliée chez ma tante ! » L’expression est restée D’abord installé sur l’Ile de la Cité, l’établissement a migré dans le Marais en 1777 : une position centrale, dans un quartier alors populaire et sous l’emprise de banquiers italiens sans scrupules, les Lombards. Près de 250 ans plus tard, il est toujours au même endroit. Et c’est toujours aussi simple. Il suffit de se munir d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile pour établir le contrat de prêt d’un an, renouvelable autant de fois qu’on le souhaite. Tous les jours, des centaines d’objets sont déposés ou récupérés dans ce bâtiment du très cossu Marais. Au moment de payer les vacances d’été et bientôt les impôts, face à une crise économique persistante et motivés par des cours de l’or élevés, les clients se pressent (…)

Lire la suite de cet article dans Soixante-Quinze n°4, en vente en kiosque.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

LE JARDIN MUNICIPAL, LIEU DE VIE OUVERT SUR LE QUARTIER DU MARAIS
Bar éphémère ouvert à tous les Parisiens jusqu’au 25 septembre 2016, le Jardin Municipal a été créé cet été par le Crédit municipal, dans l’une de ses cours secrètes, la cour Renaudot, un des plus beaux jardins du Marais. Le Jardin Municipal est constitué d’une terrasse de plus de 300m2 et d’une galerie intérieure de 250m2 : l’ensemble, à l’abri de l’agitation citadine, est entièrement végétalisé.

Projections en plein air, concerts, cours de sports, ateliers pour enfants… : l’été au Jardin Municipal est ponctué d’animations gratuites et ouvertes à tous. Côté carte, le client muni d’un panier peux choisir les produits locaux qu’il souhaite consommer. Comme au marché ! Des produits frais, biologiques et faits maison sont à sa disposition dans la « cabane » du Jardin Municipal. Deux bars servent une large sélection de boissons, du vin bio au cocktail frais.

Bar, restaurants, activités diverses, le Jardin Municipal est un lieu éphémère créé pour l'été par le Crédit Municipal à Paris.

Bar, restaurants, activités diverses, le Jardin Municipal est un lieu éphémère créé pour l’été par le Crédit Municipal à Paris.

« Avec cette initiative, le Crédit Municipal s’inscrit dans le projet de la Ville de Paris de développer et renforcer la place de la nature à Paris, explique Frédéric Mauget, directeur général du Crédit Municipal de Paris. Le Jardin Municipal est en outre l’occasion pour les Parisiens et Franciliens de se réapproprier un bâtiment exceptionnel, abritant une institution à leur service depuis plus de trois siècles. »
– La rédaction –

Tous les dimanches, le Jardin Municipal organise un Yoga Brunch.
Renseignements & réservations en suivant ce lien.

Informations pratiques
Le Jardin Municipal – Du 9 Juin au 25 Septembre 2016.
55/57 rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris
Métro Rambuteau / Hôtel de Ville

Horaires d’ouverture :
Du lundi au jeudi : 10h30 – 00h00
Vendredi et samedi : 10h30 – 01h00
Dimanche : 12h00 – 00h00

www.creditmunicipal.fr
Facebook/creditmunicipal

Par Philippe Schaller

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *