« Quitter la capitale, mon dernier rêve parisien »

« Quitter la capitale, mon dernier rêve parisien »

Après quinze disques, Didier Wampas, acteur majeur de la scène punk rock des années 80, n’a jamais renoncé à son indépendance artistique. Il raconte Paris, sa passion pour le vélo et son bonheur de monter sur scène avec son nouveau groupe. A 54 ans, le jeune retraité de la Ratp ne lâche rien.

Soixante-Quinze : Trente ans de rock et toujours pas blasé ? 

Didier Wampas : Non. Pendant des années, après le boulot, j’ai pris le train pour aller donner des concerts le soir, parfois loin de Paris. Mes collègues de la Ratp, eux, n’avaient que leur travail pour exister. J’ai eu de la chance de pouvoir donner libre cours à ma passion. Quand je monte sur scène, j’ai toujours plaisir à brancher ma guitare. Nous tournons partout avec Sugar & tiger, le groupe que j’ai créé avec ma fiancée et mes enfants. C’est une petite entreprise familiale. On part en voiture avec les guitares dans le coffre, comme au tout début des Wampas. Je suis ravi de jouer dans des salles de 300 places. C’est vraiment ça le rock. Ma vie, c’est un rêve de môme.

Lire la suite dans le numéro 2 de Soixante-Quinze, en vente dans tous les kiosques parisiens.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, cliquez ici.

Par Philippe Bordier David Even

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *