La forêt désenchantée

La forêt désenchantée

Ancien terrain vague du quartier de la Chapelle, dans le 18e, le bois Dormoy est devenu au fil des ans une petite forêt urbaine chérie par ses riverains. Aujourd’hui, la mairie veut y construire des logements pour personnes âgées et une crèche. C’est l’histoire du lopin de terre contre le pot de fer.

Au bois Dormoy, le temps semble suspendu. C’est une pause végétale au cœur d’un 18e arrondissement minéral. A quelques encablures de la station de métro La Chapelle, arbres et bosquets y poussent librement sur une parcelle de 1600 m2. Le printemps s’installe doucement. Le long d’une ruelle, le vert repousse au loin la grisaille des immeubles alentour. A l’est, la circulation rue Marx Dormoy parvient étouffée aux visiteurs. Côté ouest, difficile en revanche d’échapper aux fracas métalliques des trains qui entrent et sortent gare du Nord. Qu’importe. Le bois Dormoy, son jardin partagé et ses petits oiseaux qui slaloment entre les branches figurent un rêve de Parisien. Au 2 bis, cité de la Chapelle, la campagne est entrée dans la ville.

Lire la suite dans le numéro 2 de Soixante-Quinze, en vente dans tous les kiosques parisiens.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, cliquez ici.

 

Par Philippe Bordier

1 Commentaire

  1. CRICRI

    Vote description du terrain nommé Bois Dormoy est présenté sous forme idyllique peut-être pour des écolos doux rêveurs…….

    Petite forêt urbaine chérie par les riverains, n’écrivez pas de telles absurdités … ???? Quels riverains?

    Des personnes ne résidant pas sur place profitant de copinages pour venir festoyer, laisser leurs gamins hurler parfois sans surveillance, organiser des fêtes privées, musique avec orchestre, concerts avec des hauts parleurs dans les arbres obligeant des riverains à quitter leur domicile, cris l’été jusqu’à le tombée de la nuit, vide greniers, pique nique avec restes des repas, laissés sur place il faut bien que les rats se régalent, arbres dont les branches tapent parfois dans les fenêtres et les volets, racines des arbres incluses dans les murs des propriétés mitoyennes et dégradant ceux-ci, terrain poubelle bref
    RAS LE BOL DES PSEUDOS ECOLOS QUI PRIVATISANT ET UTILISANT CE TERRAIN POUR LEUR AGREMENT SANS TENIR COMPTE DES RIVERAINS QUI PROTESTENT CONTRE LEURS AGISSEMENTS.
    CE TERRAIN EST BIEN LOIN DE SA VOCATION PREMIERE DE TERRAIN CULTIVE PARTAGE.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *