Olivier Norek, multirécidiviste du polar

Olivier Norek, multirécidiviste du polar

Quand un vrai policier du 93 déballe ses affaires dans des romans, ça cartonne. En plein succès de son petit dernier, cet « anti-Olivier Marchal » s’affiche plus chevalier blanc que cow-boy : chez lui, les flics sont justes, les banlieues sont ce qu’elles sont et c’est le système qui est pourri. 

A Pantin, devant le Centre national de la danse, il allume une cigarette et l’écrase tout de suite d’une pointe de basket. Pour poser comme flic du « neuf-trois » qui écrit des livres, il a proposé le toit de l’édifice d’inspiration soviétique. Jambes semi-écartées et blazer ouvert sur la banlieue grise. Pas de clope au bout des doigts. Dommage, ça l’aurait fait. En trois ans, de 2013 à 2016, Olivier Norek a écrit Code 93, Territoires et Surtensions, tous publiés chez Michel Lafont. L’équipe de flics qu’il a imaginé revient à chaque fois dans le même décors, celui de la Seine-Saint-Denis le jour, la nuit. Pour de la casse en général.

Lire la suite dans le numéro 2 de Soixante-Quinze, en vente dans tous les kiosques parisiens.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, cliquez ici.

Par Virginie Tauzin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *