Derrière les livres, la précarité

Derrière les livres, la précarité

Au fil des ans, les bibliothèques municipales sont devenues des refuges pour les migrants et les SDF. Alors le personnel s’est adapté à ces nouveaux besoins, comme dans ces deux établissements des 5e et 18e arrondissements.

Parfois, dans les toilettes de la bibliothèque Buffon, dans le 5e arrondissement, quelques-uns se débarbouillent ou se lavent les dents. « On comprend pourquoi ils viennent ici tous les jours, énonce Sarah, bibliothécaire. Dans l’état actuel des choses, la bibliothèque est le seul endroit gratuit, chauffé, accessible à tous et sans conditions. » « Ils », se sont tous ces utilisateurs sans nom. Ces migrants et SDF n’ont jamais emprunté un livre, ne se sont jamais inscrits. Ils vivent dans les foyers du coin, se reconnaissant et échangent quelques mots dans leur langue. A Buffon, bel établissement avec vue sur le Jardin des plantes, la précarité a élu domicile. « On est dans le guide Où faire pipi à Paris ?, c’est quand même assez symbolique », philosophe Sarah.

Lire la suite dans le numéro 2 de Soixante-Quinze, en vente dans tous les kiosques parisiens.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, ou acheter le numéro qui vous manque, cliquez ici.

Par Julie Olagnol

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *