#Gardiens debout

#Gardiens debout

Après les attentats. Si la statue de la République est toujours florissante et cernée de messages à cœur ouvert, c’est parce que le collectif 17 plus jamais est aux petits soins. En avril, ses bénévoles tentent surtout de coexister avec Nuit debout. C’est aussi ça la convergence des luttes.

Ils font carrément les nuits et c’est un peu plus dur. Depuis le 31 mars, quelque bénévoles veillent à ce que le monument de la place de la République ne pâtisse pas des noctambules qui l’escaladent en renversant les parterres de bougies, enfoncent des peluches dans ses bas-reliefs en bronze ou accrochent des fanions à ses poignets. « Je passe mon temps à expliquer aux jeunes que c’est un lieu de mémoire, mais pour certains, on dirait qu’il gêne », lance Jean-Damien, du collectif 17 plus jamais, qui fait en ce milieu d’avril les « nuits debout » malgré lui. Si le Monument à la République a réellement des airs de mémorial, c’est grâce à ses volontaires.

Lire la suite dans le numéro 2 de Soixante-Quinze, en vente dans tous les kiosques parisiens.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, cliquez ici.

Par Virginie Tauzin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *