Un resto pour la route

Un resto pour la route

Ca ressemble à quoi, la vie d’un routier, une fois le volant lâché et le frein à main serré ? A une pause au Coq chantant. Au nord de Paris, entre Roissy et la forêt de Chantilly, ce restaurant routier accueille, depuis plus de quatre-vingts ans, des chauffeurs de toute la France et de l’étranger. une institution.

« Tu me mettras un kir, tu es un chou. » Il est 18h30 et Corina s’active derrière le comptoir en bois du Coq chantant. Derrière elle, des dizaines de bouteilles sagement rangées dans un frigo transparent, et des poutres apparentes en bois qui rappelle l’ancienneté du lieu. Son restaurant routier a pris vie en quelques dizaines de minutes. Désert en fin d’après-midi, inondé de lumière de cet hiver finissant, il se remplit peu à peu. Le calme de la journée se mue en un brouhaha où l’on parle français, hollandais, flamand. Les bouteilles de vin se débouchent, les robinets à bières coulent, les commandes se multiplient. La jeune femme de 32 ans, hélée sans arrêt, s’élance gracilement d’un bout à l’autre du bar pour servir les boissons aux routiers accoudés. (…)

Lire la suite dans le numéro 1 de Soixante-Quinze.

Pour s’abonner à Soixante-Quinze, cliquez ici.

Par Delphine Bauer

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *