Newsletter N°8 : Prêts pour le sprint final

Newsletter N°8 : Prêts pour le sprint final

 

Trois mois sans bouclage, c’était étrange. Disons que ça nous changeait des cinq dernières années à éditer Le 13 du Mois, de ne pas être crispés par le bouclage du 3 janvier – au hasard. Mais voilà, ce mois-ci, c’est reparti comme en quarante : dès lundi, nous entrons dans la phase où tout converge, tout prend forme et tout urge. Une phase qui commençait à bien nous manquer, à vrai dire. Le secrétaire de rédaction et la graphiste nous rejoindront dans les nouveaux locaux dénichés rue Myrha dans le 18e (un espace de coworking) et, comme tous les autres, ils seront sans doute impressionnés : grande verrière, canapés, machine Nespresso… Rien de tout cela ne nous appartient, on ne loue que quelques bureaux, mais si l’ambiance Brooklyn nous a un peu déboussolés la première semaine, nous nous y faisons assez bien. Quant au quartier, rien à voir avec la peu passante rue des Tanneries (13e). La Goutte d’Or nous rappelle plutôt Chinatown, là où tout a commencé pour nous, en 2011 (d’ailleurs, il y avait aussi un canapé, mais surtout un canapé en tout et pour tout…). La diversité des visages, les odeurs de cuisine, le côté vivant promettent des idées de sujets intéressants. À exploiter. Pour l’heure, dans ce premier numéro dont nous nous interdisons évidemment de dévoiler la substance, nous n’avons pas oublié nos racines du 13e, puisque plusieurs sujets s’y rapportent, vous verrez.

Le bouclage du numéro 1, donc, va durer deux semaines, jusqu’à l’envoi à l’impression, au rythme d’impondérables qui ne loupent jamais, mais aussi de grands moments de cohésion d’équipe (surtout au moment où quelqu’un apporte des bières). On voit déjà la tête de nos co-workers quand ils assisteront au débat sur la couverture. Avec la fin de notre campagne de levée de fonds sur KissKissBankBank, nous serons vraiment dans le sprint final à tous les niveaux… Et il est certain que si, le 15 mars, l’objectif de 15 000 euros (soit presque 200%) est atteint, nous ne risquons pas d’être sous les 200% nous non plus ! Les abonnements nous donnent la pêche. Quelle que soit la somme, c’est toujours un moyen fort de soutenir la presse indépendante. Réponse dans deux semaines, avec pourquoi pas la photo-finish (ouille) !
Trois mois sans bouclage, c’était étrange. Disons que ça nous changeait des cinq dernières années à éditer Le 13 du Mois, de ne pas être crispés par le bouclage du 3 janvier – au hasard. Mais voilà, ce mois-ci, c’est reparti comme en quarante : dès lundi, nous entrons dans la phase où tout converge, tout prend forme et tout urge. Une phase qui commençait à bien nous manquer, à vrai dire. Le secrétaire de rédaction et la graphiste nous rejoindront dans les nouveaux locaux dénichés rue Myrha dans le 18e (un espace de coworking) et, comme tous les autres, ils seront sans doute impressionnés : grande verrière, canapés, machine Nespresso… Rien de tout cela ne nous appartient, on ne loue que quelques bureaux, mais si l’ambiance Brooklyn nous a un peu déboussolés la première semaine, nous nous y faisons assez bien. Quant au quartier, rien à voir avec la peu passante rue des Tanneries (13e). La Goutte d’Or nous rappelle plutôt Chinatown, là où tout a commencé pour nous, en 2011 (d’ailleurs, il y avait aussi un canapé, mais surtout un canapé en tout et pour tout…). La diversité des visages, les odeurs de cuisine, le côté vivant promettent des idées de sujets intéressants. À exploiter. Pour l’heure, dans ce premier numéro dont nous nous interdisons évidemment de dévoiler la substance, nous n’avons pas oublié nos racines du 13e, puisque plusieurs sujets s’y rapportent, vous verrez.

Le bouclage du numéro 1, donc, va durer deux semaines, jusqu’à l’envoi à l’impression, au rythme d’impondérables qui ne loupent jamais, mais aussi de grands moments de cohésion d’équipe (surtout au moment où quelqu’un apporte des bières). On voit déjà la tête de nos co-workers quand ils assisteront au débat sur la couverture. Avec la fin de notre campagne de levée de fonds sur KissKissBankBank, nous serons vraiment dans le sprint final à tous les niveaux… Et il est certain que si, le 15 mars, l’objectif de 15 000 euros (soit presque 200%) est atteint, nous ne risquons pas d’être sous les 200% nous non plus ! Les abonnements nous donnent la pêche. Quelle que soit la somme, c’est toujours un moyen fort de soutenir la presse indépendante. Réponse dans deux semaines, avec pourquoi pas la photo-finish (ouille) !
Trois mois sans bouclage, c’était étrange. Disons que ça nous changeait des cinq dernières années à éditer Le 13 du Mois, de ne pas être crispés par le bouclage du 3 janvier – au hasard. Mais voilà, ce mois-ci, c’est reparti comme en quarante : dès lundi, nous entrons dans la phase où tout converge, tout prend forme et tout urge. Une phase qui commençait à bien nous manquer, à vrai dire. Le secrétaire de rédaction et la graphiste nous rejoindront dans les nouveaux locaux dénichés rue Myrha dans le 18e (un espace de coworking) et, comme tous les autres, ils seront sans doute impressionnés : grande verrière, canapés, machine Nespresso… Rien de tout cela ne nous appartient, on ne loue que quelques bureaux, mais si l’ambiance Brooklyn nous a un peu déboussolés la première semaine, nous nous y faisons assez bien. Quant au quartier, rien à voir avec la peu passante rue des Tanneries (13e). La Goutte d’Or nous rappelle plutôt Chinatown, là où tout a commencé pour nous, en 2011 (d’ailleurs, il y avait aussi un canapé, mais surtout un canapé en tout et pour tout…). La diversité des visages, les odeurs de cuisine, le côté vivant promettent des idées de sujets intéressants. À exploiter. Pour l’heure, dans ce premier numéro dont nous nous interdisons évidemment de dévoiler la substance, nous n’avons pas oublié nos racines du 13e, puisque plusieurs sujets s’y rapportent, vous verrez.

Le bouclage du numéro 1, donc, va durer deux semaines, jusqu’à l’envoi à l’impression, au rythme d’impondérables qui ne loupent jamais, mais aussi de grands moments de cohésion d’équipe (surtout au moment où quelqu’un apporte des bières). On voit déjà la tête de nos co-workers quand ils assisteront au débat sur la couverture. Avec la fin de notre campagne de levée de fonds sur KissKissBankBank, nous serons vraiment dans le sprint final à tous les niveaux… Et il est certain que si, le 15 mars, l’objectif de 15 000 euros (soit presque 200%) est atteint, nous ne risquons pas d’être sous les 200% nous non plus ! Les abonnements nous donnent la pêche. Quelle que soit la somme, c’est toujours un moyen fort de soutenir la presse indépendante. Réponse dans deux semaines, avec pourquoi pas la photo-finish (ouille) !

 

Photo : Nicolas Vial à sa table de dessin © Mathieu Génon

Par La rédaction

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *