Newsletter N°7 : On vous attend à la sortie

Newsletter N°7 : On vous attend à la sortie

Nous avons beau posséder l’expérience de la création de magazine (Le 13 du Mois il y a cinq ans), lancer Soixante-Quinze, c’est encore beaucoup de premières fois. L’attachée de presse qui propulse des communiqués dans les boîtes mail de tous les journalistes de la capitale, ça, par exemple, c’est nouveau. L’organisation d’un petit-déjeuner de presse, d’une soirée de lancement sur une péniche, aussi. Attention, nous sommes entrés dans le monde de la com’ de haut niveau, là. Tout ça parce que nous voulons faire une entrée fracassante dans les kiosques le 30 mars ! Las, il faut ce qu’il faut pour exaucer notre vœu le plus cher : être attendus à la sortie.
Ces huit derniers jours, notre plaisir, c’était de regarder la page de Soixante-Quinze sur KissKissBankBank, la plateforme de financement participatif . Un peu tout le temps dans la journée, surtout au début, énormément. Pas un quart d’heure ne passait sans que quelques euros de plus ne tombent, alors forcément, ça rendait accro. En quatre jours, les 7 575 euros ont été dépassés et nous n’avons pas envie que ça s’arrête ! Cap, alors, sur l’au-delà. 10 000, 12 000, 15 000 ? C’est qu’en doublant la mise, nous épaissirons les fonds de roulement nécessaires à l’impression, à la rémunération de pigistes, à l’achat de matériel neuf. Nous serons tout simplement plus solides, avec une belle communauté d’abonnés à satisfaire.

Cette campagne de levée de fonds est aussi un outil de communication sans pareil.Dépasser 100%, ça en jette. Sur les réseaux sociaux, dans les communiqués de presse ou aux personnes que l’on contacte pour un reportage, montrer le succès de cette collecte est extrêmement bénéfique. Ça circule de part et d’autre de la sphère médiatique, via le écran-à-écran (le bouche-à-oreille d’aujourd’hui), signe qu’il se passe quelque chose. C’est dingue, mais si ta campagne de crowdfunding est un échec, tu démarres ton activité avec un gros handicap. À l’inverse, exploser son score sur KKBB est (presque) l’assurance d’un lancement réussi. Alors voilà, depuis une semaine, il y a eu quatre interviews du directeur de Soixante-Quinze (pour 20 Minutes, La Croix…), des centaines de tweets nous concernant et des encouragements à la pelle. Merci à nos généreux donateurs de nous ouvrir, en plus de leur portefeuille, les portes d’un certain retentissement. Mais c’est loin d’être terminé : il reste encore 25 jours ! Si vous souhaitez vous abonner, faites-le viaKissKissBankBank : c’est moins cher et cela fait gonfler notre potentiel !

Voilà, à part concocter ce plan de communication essentiel, nous faisons tout de même un tas d’autres choses : remplir le numéro 1  – et déjà les suivants –, bosser la maquette et même déménager (ça y est !). Ceux qui ont un peu suivi notre aventure noteront également que nous tenons enfin notre baseline. Alors, que pensez-vous de « Le mensuel curieux de Paris » ?

Par La rédaction

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *